Analyse du répertoire des auto-anticorps au cours des vascularites systémiques : altérations spécifiques au cours de la périartérite noueuse, de la polyangéite microscopique, du syndrome de Churg et Strauss et de la granulomatose de Wegener

Analyse du répertoire des auto-anticorps au cours des vascularites systémiques : altérations spécifiques au cours de la périartérite noueuse, de la polyangéite microscopique, du syndrome de Churg et Strauss et de la granulomatose de Wegener

446S Communications riopathies professionnelles (Hammer syndrome, maladie des vibrations) (15 %) et les artgrites juveniles (10 %), principalement c...

229KB Sizes 1 Downloads 104 Views

446S

Communications

riopathies professionnelles (Hammer syndrome, maladie des vibrations) (15 %) et les artgrites juveniles (10 %), principalement chez l'homme (25 et 13,5 % respectivement). Les autres Etiologies Etaient les pathologies emboligbnes (8,6 %), les causes Mmatologiques (cryoprotEines, hEmopathies, thrombophilie) (7,8 %), le tabagisme seul (6,5 %), les vascularites (4,3 %) et les causes diverses (4 %). Chez 7 % des patients coexistaient deux on plusieurs Etiologies ne permettant pas de dEgager une cause dominante ; ceux-ci ont ErE classes ?~part en <>.15Jdment important, dans pros de la moitiE des cas, la ND gtait multifactorielle resultant de deux g cinq causes ; le tabac Etait le cofac-

teur le plus souvent associE h l'affection causale (55 %). Conclusion : notre Etude qui est h notre connaissance actuellement la plus grande sdrie de ND rapportEe, confirme la diversitE Etiologique des NDMS, ce qui en fait un veritable probltme de mEdecine interne. Si globalement les grands cadres nosologiques demeurent les mames, le caract~re de plus en plus exhanstif des bilans a permis de rgduire considdrablement le nombre de diagnostics indEterminEs : 19 % dans la sdrie de Vayssairat et al. (Nouv Presse Med 1977 : 931-34) centre 4 % darts notre sErie. 1Service de m~decine interne, CHRU, 59037 Lille cedex ; 2service de m~decine interne, hdpital de Boisguillaume, CHU, 76031 Rouen, France

Traitement des rechutes des vascularites assocides aux ANCA par immunoglobulines polyvalentes T. Qu~m~neur, X. Kyndt, R. Binaut, D. Fleury, V. Lemaitre, P. Vanhille

R~sultats :

rgnale). Les ANCA Etaient positifs ~ cinq reprises (trois rechutes MPO-ANCA, deux PR3-ANCA). 2) Au terme des six mois: cinq remissions completes 6taient observEes (BVAS = 0), associges ~t une diminution des PR3A N C A , sans modification des MPO-ANCA. 3) Les Ig IV gtaient responsables d'effets secondaires mineurs (sept cas) et d'une insuffisance rEnale aigu~ par nEphrose osmotique d'dvolution favorable. 4) Chez quatre patients, trois nouvelles rechutes survenaient 2 18 mois apr~s art& des Ig IV. Conclusion : dans notre experience, l'association Ig 1V et cortico,des apparah efficace dans les rechutes des vascularites associEes aux ANCA (cinq remissions complbtes/cinq rechutes traitees). NEanmoins, compte tenn de la frtquence de rEcidive (trois quart des patients) aprOs arr& des Ig IV, il apparatt souhaitable de discuter d'emblEe un traitement d'entretien. L'utilisation des Ig IV pourrait alors permettre une Epargne des thdrapeutiques immunosuppressives.

1) Au moment de la rechute, le BVAS moyen &ait ~t 11 (3-15) ; deux rechutes Etaient majeures (atteinte neurologique centrale,

Service de m~decine interne et n~phrologie, CH Valenciennes, avenue D#sandrouin, 59322 Valenciennes, France

Au cours des vascularites associEes aux ANCA, de nouvelles strategies thErapentiques sent en cours d'Evaluation afin de rEduire la frEquence des rechutes et des complications liges anx traitements cortico[des et immnnosnppresseurs. Les immunoglobulines polyvalentes (Ig IV) sent parfois employees en association avec les thErapeutiques usuelles. Nous rapportons notre experience prgliminaire stir l'utilisation des Ig 1V associEes anx corticoi'des dans le traitement des rechutes de ces vascularites. Patients et m~thodes : cinq rechutes chez quatre patients (maladie de Wegener : deux patients, polyangdite microscopique : deux patients), ont Etg traitEes par cures mensuelles d'Ig IV (0,5 mg/kg/ j pendant quatre jours) durant six reels, assocites ~tune corticothErapie. Une patiente poursuivait un traitement par azathioprine (50 rag/j) an cours de la rechute. L'azathioprine Etait administrde apr~s arrat des Ig IV dans deux rechutes. L'activitE de la vascularite a EtE apprdciEe selon le score de Bi17ningham (BVAS). Le titre des ANCA (IF, ELISA) a EtE dEterminE avant chaque cure d'Ig IV.

Analyse du r(~pertoire des auto-anticorps au cours des vascularites syst~miques : altdrations sp~cifiques au cours de la pdriart(Mte noueuse, de la polyangdite microscopique, du syndrome de Churg et Strauss et de la granulomatose de Wegener Y. Chanseaud 1, P. Garcia de la Pena-Lefebvre~, L. Guillevin2, M. Kambouchner3, M. Uzan4, M.C. Boissier 1, L. MouthorlL2

En dehors des anticorps anticytoplasme de polynuclEaires neutrophiles (ANCA), ancun auto-anticorps spEcifique des vascularites systEmiques n' a jusqu' alors 6t6 identifiE. A l'aide d'une technique d'immunoblot quantitatif, nous avons analyse le repertoire des IgG sEriques et des IgG purifiEes du serum de malades atteints de pEriarttrite noueuse (PAN) associde ou non ?~une infection par le virus de l'hEpatite B (VHB), de maladie de Wegener (GW), de polyangEite microscopique (MPA) et de syndrome de Churg et

Rev M6d Interne 2001 ; 22 Suppl 4

Strauss (SCS) dirigE vis&-vis d'extraits protEiques de poumon, de foie, de rein, de muscle et d'art~re humaine normale. Nous avons utilisd les serums de 20 malades ayant une PAN non-VHB, dix malades darts chaque autre groupe prdlevgs au moment du diagnostic et en l'absence de traitement corticoYdeou immunosuppresseur, dix malades ayant une hEpatite B chronique active en l'absence de PAN et 60 sujets sains apparits pour le sexe et l'~ge. Les serums Etaient testes ~tla mEme concentration de 200 gg/mL d'IgG.

Mddecineinterne

Les [email protected] des IgG purifi6es du serum et des IgG sdriques de malades atteints de GW, de MPA et de SCS diffEraient significativement en analyse multivaride de ceux de sujets sains et des autres malades, en particulier vis4t-vis d'antig~nes de poumon dans le cas du SCS et d'antig~nes de foie dans le cas de la MPA. Les repertoires des rdactivitEs des IgG purifides du s6rum mais pas des IgG sdriques des malades atteints de PAN diffdraient de ceux des individus sains et des autres patients, rEsultat compatible avec un mdcanisme 5 complexes immuns. Des rEactivitEs dirigdes sp~cifiques de la PAN 6talent dirigEes vis-~t-vis de protEines de muscle de 30 et 40 kDa. Les IgM des malades atteints de MPA rgagissalent avec 5 ~ 7 bandes protEiques d'HUVEC, les deux plus importantes ayant un PM de 100 et 65 kDa, respectivement, tandis que les IgM des malades des autres groupes et des sujets sains ne reconnaissaient qu'une bande protEique de 65 kDa au sein des HUVEC. Les IgC des

447s

malades atteints de MPA rdagissaient avec 6-8 bandes protEiques, les deux plus importantes ayant un PM de 70 et 65 kDa, tandis que les IgG des malades des autres groupes et des sujets sains ne reconnaissaientque 3 ~t4 bandes protdiques comprenant la bande ~t65 kDa. Les repertoires des IgG autorEactives dif£erent entre les types de vascularites systEmiques EtudiEs, suggErant des mEcanismes imrnunopathologiques distincts ~ l'origine de ces maladies. Les malades atteints de MPA ont des anticorps anticellules ludothEliales qui reconnaissent plusieurs cibles antigEniques dont deux spEcifiques de ce groupe de malades dirigEe vis&-vis d'antig~nes de 70 et 100 kDa. IUPRES EA 2361, UFR-SMBH L~onard de Vinci, 93009 Bebigny codex; 2service de rn#decine interne, aservice d'anatomopatholegie, CHU Avicenne, Assistance publique-hSpitaux de Paris et universit6 Paris-Nord, 93009 Bobigny cedex; 4service de gyn6colegie-obst6trique,, hdpital JeanVerdier, Bendy, France

Pachymdningite au cours de la maladie de Wegener : cinq observations et dtudes de 27 autres cas rapportds dans la litt6rature d. Ramanoelina 1, I. Sancet 1, F. Rety 2, A.M. Piette a, O. Bletry3, L. Guillevin 1

La pachymEningite (PM) est rare au cours de la maladie de Wegenor (MW), cependant elle est rapportEe avec une frEquence croissante depuis l'av~nement de I'IRM. Nous dEcrivons cinq observations et 6tudions 27 autres cas rapportEs dans la littErature. Les PM sent inaugurales dans 66 % des cas. Les signes rdvElateurs sent les [email protected] (81%), les atteintes des nerfs crgniens (53 %), l'6pilepsie (22 %), los deficits moteurs des membres (22 %). Le diagnostic de PM est porte par FIRM cgr6brale qui met en Evidence 1'@aississement de la dure-m~re prenant le contraste. Le LCR est normal ou montre une hyperprotginorachie modErEe avec ou sans hypercytose. La biopsie mEningEerEalisEe 20 fois met en Evidence un granulome nEcrosant sept lois, la triade granulome-nEcrose-vascularitesix fois et un granulome seul cinq fois. Les manifestations extraneurologiques centrales

sent prEsentes darts 63 % des cas au moment du diagnostic de PM. I1 s'agit d'une GW localisEe avec atteinte ORL darts 50 % des cas et pulmonaire dans 19 % des cas. Seuls trois cas d'hdmaturie microscopique transitoire ont Et6 signalEs, aucun cas de neuropathie pEriphErique n'est dEcrit. Les ANCA ont 6t6 positifs darts 19 cas sur 27 (70 %) de type c-ANCA (53 %), p-ANCA (21%). Le traitement d'attaque de la MW permet une remission clinique malgr6 la persistance des anomalies radiologiques. Tous signes neurologiques centraux peuvent rEvdler une PM ?a I'IRM, le diagnostic de MW est difficile en cas de PM inaugurale et isolde, une biopsie peut &re indiquEe. I1 s'agit le plus souvent d'une MW localisge at] stade granulomateux. 1Service de rn6decine interne, 2service de radielogie, CHU Avicenne, 125, route de Stalingrad, 93009 Bobigny ; aservice de m#decine interne,. CMC Foch, 40, rue Worth, 92151 Suresnes cedex, France

Fibrose pulmonaire rdvdlant une polyangdite microscopique. • Quatre observations M. Hamidou 1, C. Agard 1, A. Moreau 2, M. M6riot 1, V. Prendki 1, J.Y. Grolleau 1 L'atteinte pulmonaire des vascularites systEmiques avec anticorps anticytoplasme des polynuclEalres neutrophiles (ANCA) est polymorphe. Une pneumopathie interstitielle diffuse (PID) avec fibrose pulmonaire rEvElatrice, n'a Et6 qu'exceptionnellementrapportde. P a t i e n t s : il s'agit de trois heroines et une femme, d'~ge moyen 74 ans (69 ~t78), hospitalisEs pour bilan d'une pneumopathie interstitielle diffuse febrile 6voluant depuis au moins six semaines. Le scanner thoracique confirme le syndrome interstitiel isolE. Le bilan d'entrEe retrouve une hyper6osinophilie ~t1 200 en moyenne dans quatre cas ; l'enqu~te infectieuse est negative, et los traitemerits antibiotiques et antiparasitaires sent inefficaces. Le lavage

bronchoalvEolaire ne montre ni hEmorragie intra-alvdolaire, ni hyperEosinophilie. Les biopsies pulmonaires dans deux cas, retrouvent une fibrose pulmonaire, sans vascularite, granttlome, ou 6osinophilie fissulaire. Les ANCA sent positifs dans tousles cas, de type antimyEloperoxydase. Au diagnostic, deux patients ont des signes cliniques extrathoraciques (cdphalEes temporales, neuropathie pEriphgrique, myalgies) et un patient a une atteinte rdnale ; un patient avec fibrose pulmonaire isolEe, aura une atteinte rEnale ~tla rechute. Le diagnostic de vascularite des petits vaisseaux (polyangEite microscopique), est port6 par la biopsie rEnale dans deux cas, la BAT une fois, et la biopsie musculaire

Rev Mdd Interne 2001 ; 22 Suppl4