Apport nutritionnel et fonction respiratoire au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive

Apport nutritionnel et fonction respiratoire au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive

100 24e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Paris, 24—26 janvier 2020 200 pronostique de la maladie. L’objectif de notre étude était d’é...

237KB Sizes 0 Downloads 51 Views

100

24e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Paris, 24—26 janvier 2020

200

pronostique de la maladie. L’objectif de notre étude était d’évaluer les apports nutritionnels quotidiens chez des patients atteints de BPCO et d’étudier leur relation avec la fonction respiratoire et la sévérité de la maladie. Méthodes Il s’agissait d’une étude transversale qui était réalisée dans notre service de pneumologie entre mai 2018 et janvier 2019 et ayant inclus 66 patients de sexe masculin ayant une BPCO confirmée selon les recommandations du GOLD 2018 et à l’état stable. L’apport nutritionnel a été évalué par un rappel de fréquence alimentaire sur une semaine. Les apports totaux en calories, glucides, protéines, lipides, calcium, zinc, fer, vitamines (B1, B9, C, E) et fibres ont été calculés à l’aide du logiciel BILNUT 2000. Les apports caloriques ont été comparés aux besoins énergétiques recommandés (BER) pour chaque individu. Les apports en macro- et micronutriments ont été comparés aux apports nutritionnels conseillés (ANC) selon les recommandations de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Une mesure de l’indice de masse corporelle (IMC) ainsi qu’une spirométrie et un test de marche de 6 minutes (TM6) ont été réalisés. Résultats L’âge moyen des patients était de 66 ans. La BPCO était classée GOLD A dans 7,6 % des cas, B dans 42,4 % des cas, C dans 34,8 % des cas et D dans 15,2 % des cas. L’apport calorique moyen était de 1817 ± 443,22 Kcal. Il était inférieur au BER dans 88 % des cas. Les apports moyens en glucides, lipides, protéines et fibres étaient respectivement 290 ± 70,2 g ; 56,2 ± 21,2 g ; 68,3 ± 22,1 g et 16 ± 5,2 g. Les apports en macro et micronutriments étaient en dessous de l’ANC dans plus de 70 % des cas. Les patients (GOLD D) avaient des apports énergétiques significativement plus abaissés (p = 0,01). La distance parcourue au cours du TM6 était significativement corrélée aux apports moyens en calories (p = 0,001), protéines (p = 0,02), et fer (p = 0,03). Une corrélation positive significative a été retrouvée entre l’apport énergétique moyen l’IMC et le VEMS. Cependant aucune relation n’a été retrouvée entre les apports en vitamines, oligoéléments, fibres et la fonction respiratoire. Conclusion Les apports nutritionnels sont perturbés au cours de la BPCO particulièrement chez les malades les plus sévères. Une prise en charge nutritionnelle est primordiale afin d’améliorer le pronostic de la maladie. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

La qualité de vie chez les patients multihospitalisés pour exacerbations de BPCO K. Deghdegh 1,∗ , F. Khalloufi 1 , L. Belaid 2 , B. Terra 3 , R. Benali 1 Faculté de médecine, Annaba, Algérie 2 EPSP, Annaba, Algérie 3 CHU, Annaba, Algérie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (K. Deghdegh)

1

Introduction Le déficit respiratoire dû à la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) engendre un déconditionnement physique, une intolérance à l’effort et une inflammation systémique, sources d’handicap et d’isolement du patient avec un retentissement sur la qualité de vie (QDV). La QDV est un concept très large, influencé de manière complexe par différents facteurs dont la santé physique du sujet. Un malade sur 3 est réhospitalisé pour exacerbation de BPCO (EABPO) dans l’année qui suit sa sortie de l’hôpital. Ces réhospitalisations aggravent la morbi-mortalité et impactent le vécu du patient. Le but de notre travail est d’étudier l’impact des hospitalisations répétées sur la qualité de vie des patients porteurs de BPCO par un questionnaire spécifique. Méthodes Étude prospective observationnelle de 3 ans, incluant 217 patients hospitalisés pour EABPCO au CHU d’Annaba. Avec un suivi de 12 mois pour chaque cas. Les données : sociodémographiques ; de la spirométrie, l’indice de Charlson, la dyspnée (MRC) et le nombre de réhospitalisations ont étés notés. La population d’étude a été répartie en 2 groupes : G1 (réhospitalisés au moins 1 fois) et G2 (pas de réhospitalisation). L’évaluation de la QDV a été faite par le questionnaire spécifique de Saint Georges (SGQR) en version arabe validée. Le questionnaire comportait 100 questions : 3 domaines (impact, symptômes, incapacité) et un score global dont le score a été calculé par logiciel. Une analyse statistique par régression logistique uni et multivariée des résultats de la QDV entre les 2 groupes a été faite. Seuil de signification p < 0,005. Résultats Âge moyen 69,49 ans ± 8,15, VEMS 42,55 ± 18,90. IMC 20,49 ± 87 m2 /kg. Indice de Charleson 3,99 ± 2,32. G1 : 83 cas (38,85 %) et G2 : 134 cas (61,75 %). Les scores des domaines de la QDV évaluée par SGRQ : symptômes 54,8, impact 50,27, activité 27,59 et score total 43,03. En analyse univariée Il existait corrélation très significative de l’altération de la QDV avec le risque de réhospitalisations : OR ; 3,089, IC95 % (2,3157—7,2544) p = 0,0096. Le score global de SGRQ est corrélé aussi au VEMS bas, à la dyspnée selon MRC, à l’IMC et à l’indice de Charleson avec un coefficient de corrélation significatif. Conclusion Le score total du SGRQ exprime le risque de mortalité, les symptômes et les comorbidités et l’impact exprime les aspects émotionnels liés à la dyspnée qui sont altérés dans notre étude et corrélés au risque de réhospitalisation. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.205 201

Apport nutritionnel et fonction respiratoire au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive A. Hedhli ∗ , A. Slim , S. Toujani , K. Echi , M. Mjid , S. Cheikhrouhou , Y. Ouahchi , S. Merai Faculté de médecine de Tunis, service de pneumo-allergologie, LR18SP02, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Hedhli) Introduction L’état nutritionnel des patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est un facteur

https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.206 202

Dysfonction érectile et bronchopneumopathie chronique obstructive A. Hedhli ∗ , A. Slim , S. Cheikhrouhou , S. Toujani , M. Mjid , Y. Ouahchi , S. Merai Faculté de médecine de Tunis, service de pneumo-allergologie, LR18SP02, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Hedhli) Introduction La dysfonction érectile est fréquente au cours de la BPCO et s’associe à une altération de la qualité de vie. L’objectif de notre étude était d’étudier la prévalence de la dysfonction érectile dans une population de patients ayant une BPCO et sa relation avec la fonction respiratoire et la qualité de vie. Méthodes Il s’agissait d’une étude transversale qui était réalisée au service de pneumologie du CHU La Rabta entre septembre 2017 et décembre 2018 ayant inclus 40 patients atteints d’une BPCO confirmée et à l’état stable. Les patients ayant une insuffisance rénale ou cardiaque, un diabète au stade de complications dégénératives, une dysthyroïdie, un cancer évolutif ou une maladie auto-immune ont été éliminés. Afin d’évaluer la fonction respiratoire, des gaz du sang, une pléthysmographie corporelle et un test de marche de six minutes ont été réalisés. La dysfonction érectile était mesu-