Atteinte axiale du rhumatisme psoriasique

Atteinte axiale du rhumatisme psoriasique

Rev Rhum [E´d Fr] 2002 ; 69 : 640-1 © 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1169833002003460/SSU Atteinte axia...

102KB Sizes 1 Downloads 200 Views

Rev Rhum [E´d Fr] 2002 ; 69 : 640-1 © 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1169833002003460/SSU

Atteinte axiale du rhumatisme psoriasique Paule Cazalis* Unité de rhumatologie, hôpital Saint-Michel, 33, rue Olivier-de-Serres, 75730 Paris cedex 15, France

psoriasis / sacro-iliite / spondylarthropathie / spondylite psoriasis / sacroiliitis / spondylitis / spondyloarthropathy

La fréquence de l’atteinte axiale dans le rhumatisme psoriasique (RP) varie selon les séries entre 14 et 78 % avec une estimation moyenne probablement plus proche de la réalité de 20 à 40 % [1-4]. Elle est dans plus de la moitié des cas associée à une atteinte articulaire périphérique qui donne toute sa singularité au RP. Ainsi tantôt l’atteinte axiale est au premier plan de la symptomatologie réalisant un tableau proche de la spondylarthrite ankylosante (SA) avec des particularités cliniques et radiologiques qui l’en distinguent, tantôt – et c’est l’éventualité la plus fréquente – elle est au second plan d’une symptomatologie douloureuse dominée par les arthrites des membres. L’atteinte axiale du RP comporte à des degrés divers, et en fonction de la durée d’évolution, une atteinte des sacro-iliaques, du rachis et des articulations du thorax surtout de la paroi thoracique antérieure. SACRO-ILIITE L’atteinte des sacro-iliaques est dans près de la moitié des cas asymptomatique, de découverte radiologique fortuite. Elle peut être dans 25 à 50 % des cas isolée, sans atteinte rachidienne [5], mais le plus souvent elle s’accompagne d’une spondylite. Radiologiquement, elle rappelle d’assez près les images observées dans la SA, mais dans 20 à 30 % des cas [6-8], l’atteinte est asymétrique ou unilatérale. Les lésions sont moins sévères que dans la SA, bien que souvent très condensantes (figure 1), et l’évolution vers l’ankylose complète est plus rare [3, 5, 7, 8].

*Correspondance et tirés à part. Adresse e-mail : [email protected] (P. Cazalis).

Figure 1. Sacro-iliite psoriasique condensante (stade 2 de Forestier). On remarquera l’importance de l’ostéite inflammatoire et son étendue en hauteur, dépassant la zone articulaire.

ATTEINTE RACHIDIENNE La spondylite psoriasique prédomine dans la région cervicodorsale [8, 9] au contraire de la SA qui touche préférentiellement le segment dorsolombaire. Au cours du RP, l’enraidissement lombaire est modéré, voire absent, avec un indice de Schober correct, alors que les mesures de la distance menton-sternum et de la flèche occipitale sont anormales [9]. L’atteinte du rachis cervical mérite une place à part en raison de sa grande fréquence estimée entre 35 à 75 % des cas [10-13]. Elle apparaît souvent tôt dans l’évolution de la spondylite dont elle peut être la première et la seule manifestation dans 15 à 20 % des cas [3, 14]. Cependant, l’atteinte rachidienne est inconstante et manque dans plus du tiers des cas. Les radiographies montrent les signes classiques de squarring, de syndesmophytose, d’arthrite ankylosante interapophysaire postérieure et de spondylodiscite inflammatoire [16] communes aux spondylarthropa-

Atteinte axiale du rhumatisme psoriasique

641

asymptomatique. Son pronostic fonctionnel est dans l’ensemble moins sévère que celui de la SA [19]. RE´FE´RENCES

Figure 2. Atteinte cervicale psoriasique. On notera la syndesmophytose « grossière » réalisant de véritables ponts osseux d’hyperostose.

thies avec cependant quelques particularités propres au RP. Ainsi les syndesmophytes sont plus grossiers que dans la SA (figure 2) et s’associent souvent à de véritables ponts osseux d’hyperostose [6, 7, 8, 14]. Ils revêtent parfois l’aspect d’une ossification en « agrafe » ou en « guillemet » se développant à distance du disque et du corps vertébral. Cette ossification para-vertébrale dite « de Bywaters » est très évocatrice du RP bien que non pathognomonique puisqu’elle a été aussi observée dans certaines spondylites réitériennes [15, 17]. L’atteinte de la charnière cervico-occipitale peut aboutir à une dislocation atlo-axoïdienne avec diastasis comparable à celle de la polyarthrite rhumatoïde et tout à fait inhabituelle dans les autres spondylarthrites [8, 10, 11]. ATTEINTE DES ARTICULATIONS DU THORAX Comme toutes les spondylarthrites, le RP peut toucher les articulations du thorax qu’il s’agisse des articulations costovertébrales ou, le plus souvent, de la paroi thoracique antérieure [18]. CONCLUSION L’atteinte axiale du RP se distingue de celle de la SA par une nette préférence pour la région cervicodorsale et une sacro-iliite « pauvre », asymétrique et généralement

1 Battistone MJ, Manaster BJ, Reda DJ, Clegg DO. The prevalence of sacroiliitis in psoriatic arthritis : new perspectives from a large, multicenter cohort. Skeletal Radiol 1999 ; 28 : 196-201. 2 Killebrew K, Gold RH, Sholkoff SD, Psoriatic spondylitis. Radiology 1973 ; 108 : 9-16. 3 Scarpa R, Oriente P, Pucino A, Vignone L, Cosentini E, Minerva A, et al. The clinical spectrum of psoriatic spondylitis. Br J Rheumatol 1988 ; 27 : 133-7. 4 Harvie JN, Lester RS. Little sacrioiliitis in severe psoriasis. Am J Roentgenol 1976 ; 127 : 579-84. 5 Hanly JG, Russell ML, Gladman DG. Psoriatic spondyloarthropathy : a long term prospective study. Ann Rheum Dis 1988 ; 47 : 386-93. 6 Helliwell H, Hickling P, Wright V. Do the radiological changes of classsic ankylosing spondylitis differ from the changes found in the spondylitis associated with inflammatory bowel disease, psoriasis and reactive arthritis ? Ann Rheum Dis 1998 ; 57 : 135-40. 7 McEwen C, Di Tata D, Lingg C, Porini A, Good A, Rankin T. Ankylosing spondylitis and spondylitis accompanying ulcerative colitis, regional enteritis, psoriasis and Reiter’s disease : a comparative study. Arthritis Rheum 1971 ; 3 : 291-318. 8 Fournié A, Ayrolles C, Sellami S, Guyard C, Fournié B. Histoire naturelle du rhumatisme psoriasique. Étude prospective de 82 cas. Rev Rhum Mal Ostéoartic 1980 ; 47 : 309-16. 9 Fournié B, Crognier L, Arnaud C, Zabraniecki L, LascauxLefebvre V, Marc V, et al. Proposition de critères de classification du rhumatisme psoriasique. Étude préliminaire de 260 patients. Rev Rhum [Ed Fr] 1999 ; 66 : 513-24. 10 Blau RH, Kaufman RL. Erosive and subluxing cervical spine disease in patients with psoriatic arthritis. J Rheumatol 1987 ; 14 : 111-7. 11 Troussier B, Grosclaude S, Pitet L, Mouries D, Phelip X. Étude radiologique du rachis cervical au cours du rhumatisme psoriasique. À propos de 42 patients. Rachis 1996 ; 8 : 23-30. 12 Jeannou J, Goupille P, Avimadje MA, Zerkak D, Valat JP, Fouquet B. Atteinte du rachis cervical au cours du rhumatisme psoriasique. Rev Rhum [Ed Fr] 1999 ; 66 : 802-8. 13 Salvarini C, Macchioni P, Cremonesi T, Mantovani W, Battistei B, Rossi F, et al. The cervical spine in patients with psoriatic arthritis : a clinical radiological and immunogenetic study. Ann Rheum Dis 1992 ; 51 : 73-7. 14 Lambert JR, Wright V. Psoriatic spondylitis. A clinical and radiological description of the spine in psoriatic arthritis. Q J Med 1977 ; 46 : 411-25. 15 Bywaters EG, Dixon AS. Paravertebral ossification in psoriatic arthritis. Ann Rheum Dis 1965 ; 24 : 313-31. 16 Scarpa R. Discovertebral erosions and destruction in psoriatic arthritis. J Rheumatol 2000 ; 27 : 975-8. 17 Sundaram M, Patton JT. Paravertebral ossification in psoriasis and Reiter’disease. Br Radiol 1975 ; 48 : 628-33. 18 Fournié B, Boutes A, Dromer C, Sixou L, Le Guennec P, Granel J, et al. Étude prospective de l’atteinte du plastron sterno-costo-claviculaire dans la spondylarthrite ankylosante et dans le rhumatisme psoriasique. Rev Rhum [Ed Fr] 1997 ; 64 : 23-6. 19 Dryll A, Kuntz D, Sèze S de. Étude comparative de 35 cas de pelvispondylite psoriasique appariés à 35 cas de pelvispondylite rhumatismale. Sem Hôp Paris 1973 ; 49 : 2439-44.