C09 - Les anticorps antinucléaires ont-ils une valeur pronostique au cours de la cirrhose biliaire primitive ?

C09 - Les anticorps antinucléaires ont-ils une valeur pronostique au cours de la cirrhose biliaire primitive ?

© Masson, Paris, 2005. Gastroenterol Clin Biol, 2005, 29 COMMUNICATIONS ORALES $)() Séance 2 : Cholestase, métabolisme CO9 CO10 LES ANTICORPS A...

178KB Sizes 0 Downloads 96 Views

©

Masson, Paris, 2005.

Gastroenterol Clin Biol, 2005, 29

COMMUNICATIONS ORALES $)()

Séance 2 : Cholestase, métabolisme

CO9

CO10

LES ANTICORPS ANTINUCLÉAIRES ONT-ILS UNE VALEUR PRONOSTIQUE AU COURS DE LA CIRRHOSE BILIAIRE PRIMITIVE ?

MODIFICATION DE L’EXPRESSION DES TRANSPORTEURS HÉPATOBILIAIRES EN RÉPONSE À L’HYPOXIE

C Corpechot (1), Y Chrétien (1), O Chazouillères (1), C Johanet (2), R Poupon (1) (1) Service d’Hépatologie, Centre National de Référence des Maladies Inflammatoires du Foie et des Voies Biliaires (2) Service d’Immuno-Hématologie, Hôpital Saint-Antoine, Paris.

Introduction : Les anticorps antinucléaires (AAN) sont fréquents au cours de la cirrhose biliaire primitive (CBP). Leur valeur pronostique a été suggérée mais les études à ce sujet restent contradictoires. Le but de notre étude a été de savoir si les AAN étaient associés à une progression histologique plus rapide de la CBP. Méthodes : Cent vingt-huit malades atteints de CBP à un stade non cirrhotique ont été suivis histologiquement sur une période moyenne de 5,8 ans (extrêmes : 2,0-15,5 ans). La détection et la caractérisation des AAN ont été réalisées par immunofluorescence indirecte (IFI) sur coupes de foie, d’estomac et de reins de rat et sur cellules HEp-2 à la dilution minimale de 1/80. L’incidence de la cirrhose a été évaluée selon la méthode de Kaplan-Meier. Les groupes ont été comparés à l’aide du test du Logrank. Les rapports de risque (RR) des paramètres liés au développement de la cirrhose ont été déterminés à l’aide d’un modèle de Cox. Résultats : Quatre-vingt-dix des 128 malades (70 %) avaient des AAN. La moitié d’entre eux (35 %) avait des AAN spécifiques de la CBP, c’est-à-dire définis par une fluorescence de type cerclé (anticorps anti-enveloppe nucléaire) ou de type « multiple nuclear dots » (MND, i.e. anti-Sp100). La sévérité de la maladie au moment du diagnostic n’était pas liée à la présence d’AAN quel que soit leur type. En revanche, au cours du suivi l’incidence de la cirrhose était significativement plus élevée chez les malades ayant des AAN spécifiques (cerclés ou MND) que chez les malades n’ayant pas d’AAN ou ayant des AAN non spécifiques (RR = 8,0 ; IC95 % = 2,4-31,6 ; P < 0,001). La présence d’AAN spécifiques était un facteur prédictif indépendant du pronostic de la CBP au même titre que la bilirubine, le stade histologique et la sévérité de la nécrose parcellaire. Les AAN non spécifiques, en revanche, n’étaient pas liés à la progression de la maladie. Conclusion : La recherche par IFI d’AAN spécifiques de la CBP (cerclés ou MND) pourrait permettre d’identifier précocement des malades ayant une maladie plus active. Les AAN non spécifiques ne semblent pas, quant à eux, avoir de signification pronostique.

L Fouassier (1), M Beaussier (2), E Schiffer (3), C Rey (1), E Lasnier (4), JY Scoazec (5), A Lienhart (2), V Barbu (4), C Housset (1) (1) INSERM U680, UPMC, Paris (2) Département d’Anesthésie-Réanimation Chirurgicale, Hôpital Saint-Antoine, Paris (3) Département d’Anesthésie, Hôpital Universitaire de Genève (4) Fédération de Biochimie, Hôpital SaintAntoine, Paris (5) Service Central d’Anatomie et Cytologie Pathologiques, Hôpital Edouard Herriot, Lyon.

La sécrétion biliaire est assurée par l’activité de transporteurs exprimés à la surface des hépatocytes et des cellules épithéliales biliaires. Les anomalies d’expression ou d’activité de ces transporteurs peuvent être à l’origine d’une cholestase. L’ischémie hépatique est un des facteurs responsables de défaut de sécrétion biliaire, notamment au cours de la transplantation et de la chirurgie hépatique. Une des conséquences majeures de l’ischémie est l’hypoxie. Il a été démontré que l’hypoxie régulait l’activité transcriptionnelle de nombreux gènes. L’objectif de cette étude a été d’analyser l’expression des gènes des transporteurs hépatobiliaires après induction d’une hypoxie hépatique. Méthodes : Deux modèles d’hypoxie ont été utilisés. Un modèle in vivo chez le rat, précédemment décrit, qui consiste à interrompre la vascularisation artérielle du foie. À partir de ce modèle, des mesures de sécrétion biliaire et des analyses d’expression des transporteurs hépato-biliaires ont été effectuées dès 24 heures après l’induction de l’ischémie artérielle et 6 semaines plus tard afin d’appréhender la réponse adaptative du foie. Les études in vitro ont été réalisées sur des hépatocytes et des cellules épithéliales biliaires isolées à partir du foie de rat puis soumis à une hypoxie de 4 heures en utilisant un système catalytique qui permet d’obtenir une concentration en oxygène inférieure à 1 % en 30 minutes. L’expression génique des transporteurs a été étudiée par RT-PCR en temps réel. Résultats : In vivo, dès 24 heures après l’induction de l’ischémie artérielle hépatique, alors que l’expression de VEGF, un marqueur d’hypoxie, est induite à la fois dans les hépatocytes et les cellules épithéliales biliaires, l’expression des transporteurs hépatiques ntcp, bsep and mrp2 était inhibée de 70 %, 50 % et 70 %, respectivement, et l’expression de CFTR était augmentée. Ces modifications d’expression étaient associées à des anomalies de type cholestatique des tests hépatiques, à une diminution du flux biliaire et de l’excrétion biliaire des acides biliaires. In vitro, l’hypoxie induisait une diminution du taux des ARN messagers de ntcp, bsep and mrp2 dans les hépatocytes de 70 %, 80 % et 70 %, respectivement, et une augmentation de l’expression de CFTR de 50 % dans les cholangiocytes. In vivo, 6 semaines après l’induction de l’hypoxie, tandis que les paramètres biochimiques étaient normalisés, le flux biliaire était restauré. Les transporteurs avaient regagné un niveau d’expression basale à l’exception de mrp2 qui restait diminué et de mrp3 qui était augmenté. Conclusion : Ces résultats indiquent que l’hypoxie entraîne des modifications d’expression des transporteurs hépato-biliaires. Ils suggèrent que la diminution d’expression de certains transporteurs hépatiques induite par l’hypoxie dans les hépatocytes pourrait contribuer à la cholestase. La réponse adaptative de l’expression des transporteurs hépato-biliaires, combinée à la réaction ductulaire peut conduire à la résolution des manifestations cholestatiques.