Ciliopathie au cours de la BPCO : altérations de la fonctionnalité et de la différenciation ciliaire

Ciliopathie au cours de la BPCO : altérations de la fonctionnalité et de la différenciation ciliaire

Affiches discussion Conclusion Le D-12 est un bon outil pour évaluer la diminution de la dyspnée après un PRR. Nous suggérons une DMI de - 6 points pou...

239KB Sizes 0 Downloads 101 Views

Affiches discussion Conclusion Le D-12 est un bon outil pour évaluer la diminution de la dyspnée après un PRR. Nous suggérons une DMI de - 6 points pour le D-12 pour identifier les changements bénéfiques en termes de diminution de la dyspnée après un PRR. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. Référence [1] Yorke J, Moosavi SH, Shuldham C, Jones PW. Quantification of dyspnoea using descriptors: development and initial testing of the Dyspnoea-12. Thorax 2010;65(1):21—6. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.067 65

HAS : nouveaux indicateurs de qualité du parcours de soins des patients atteints de BPCO M. Zysman 1,∗ , C. Latapy 2 , M. Erbault 2 Service des maladies respiratoires, CHU de Haut-Lévêque, INSERM U955, équipe 4, Pessac, France 2 Haute Autorité de santé, Paris, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Zysman)

41 Pour en savoir plus HAS. Guide parcours. 2012. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.068 66

Ciliopathie au cours de la BPCO : altérations de la fonctionnalité et de la différenciation ciliaire J. Ancel 1 , R. Belgacemi 1 , Z. Diabasana 1 , M. Dewolf 2 , A. Bonnomet 1 , M. Polette 1 , G. Deslée 1 , J.M. Perotin 1 , V. Dormoy 1,∗ 1 Université de Reims Champagne Ardenne, INSERM, P3Cell UMR-S1250, SFR CAP-SANTE, Reims, France 2 CHU de Reims, hôpital Maison Blanche, service de pneumologie, Reims, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (V. Dormoy)

1

Introduction L’un des enjeux de la stratégie de transformation du système de santé « Ma santé 2022 » est de mettre la qualité et la pertinence des soins au cœur des stratégies et des leviers de transformation du système de santé. L’amélioration de la qualité des soins est un des axes majeurs du projet qui passe par la construction d’indicateurs de qualité du parcours de maladies chroniques. La HAS et la CNAM ont été missionnées pour piloter cette construction d’indicateurs de parcours et la BPCO a été choisie comme maladie chronique pilote pour développer la méthode et élaborer les indicateurs. Le corollaire est de renforcer la confiance des usagers en mesurant leur satisfaction au décours d’une prise en charge. Méthodes Une revue de la littérature a concerné, d’une part, les recommandations récentes sur la BPCO et les parcours des patients et, d’autre part, les indicateurs de qualité et de sécurité de soins utilisés à l’international pour évaluer la qualité de la prise en charge des patients souffrant de BPCO. La 1re revue a montré que les points critiques ou essentiels de la prise en charge définis en 2012 lors de la construction du guide parcours publié par la HAS étaient toujours valides et pouvaient être utilisés pour construire les indicateurs. Un groupe d’experts (cliniciens, méthodologistes, usagers. . .) a été réuni pour sélectionner à partir des points critiques et de la revue de la littérature, les indicateurs pertinents cliniquement, faisables et permettant une amélioration de la qualité de la prise en charge pour être mis en place en 2019 et systématisés à partir de 2020. Résultats La concertation du groupe d’experts a identifié : — les points critiques du parcours de soins retenus pour définir les indicateurs ; — les actes, prestations, traitements recueillis via les bases de données médico-administratives, pouvant être mis en œuvre comme proxi de la qualité et de la sécurité. Les principaux indicateurs proposés doivent améliorer le diagnostic et le bilan initial (nécessité de faire une spirométrie), la prise en charge thérapeutique (dont la réhabilitation respiratoire), la prise en charge et le suivi après exacerbation. La qualité métrologique et la faisabilité de ces propositions d’indicateurs doivent être évaluées avant leur mise en œuvre. Conclusion Après une phase d’expérimentation en 2019, certains indicateurs testés pourraient être mis en place en 2020 au niveau national, l’objectif étant à terme de disposer de levier d’amélioration du parcours de soin dans la BPCO. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

Introduction La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est caractérisée par un remodelage de l’épithélium bronchique impliquant notamment les cellules ciliées. Étant donné l’existence d’anomalies intrinsèques du processus de différenciation ciliée dans le contexte des ciliopathies, nous avons analysé la fonctionnalité et le processus de différentiation épithélial ciliaire à partir de cellules épithéliales bronchiques issues de patients atteints de BPCO et de sujets non BPCO. Méthodes Les cellules épithéliales bronchiques obtenues par brossages cytologiques (n = 16 sujets BPCO, n = 16 sujets non BPCO) ont été analysées dans les 30 minutes suivant le prélèvement par vidéomicroscopie. La fréquence ciliaire a été mesurée à l’aide de la méthode automatisée et standardisée développée dans le plugin CiliaFA. Les cellules épithéliales bronchiques de 10 sujets BPCO et 10 sujets non BPCO ont été cultivées à l’interface air-liquide, puis immunomarquées pour détecter et quantifier les cellules ciliées à 21 et 35 jours de différenciation. Les analyses statistiques ont été réalisées à l’aide des tests non-paramétriques de Wilcoxon et Kruskal—Wallis au seuil alpha de 5 % en bilatéral. Résultats Comparativement au groupe contrôle, les sujets BPCO présentaient une diminution de la fréquence ciliaire (11,2 ± 3,3 vs 7,9 ± 3,3 Hz respectivement, p = 0,03) et une diminution de 50 % du nombre de cellules ciliées après 21 jours (p = 0,005) et 35 jours de différentiation (p = 0,002). De plus, le nombre de cellules ciliées en fin de différenciation dans les cultures issues de patients BPCO n’atteignaient toujours pas celui des cultures de référence après 21 jours d’IAL, suggérant une cinétique de différenciation ciliée altérée au cours de la BPCO. Conclusion Cette étude démontre une réduction de la fréquence ciliaire épithéliale bronchique et suggère un retard dans le processus de différenciation ciliée au cours de la BPCO. Ces altérations de la fonction ciliaire motrice et du processus de différenciation ciliaire suggèrent l’implication d’une ciliopathie propre à la BPCO, dont les mécanismes physiopathologiques et les éventuelles possibilités de stratégies thérapeutiques correctrices restent à élucider. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmra.2019.11.069 67

Le cancer et les comorbidités cardiovasculaires sont associés à la mortalité chez les patients BPCO E.H. Ouaalaya 1,∗ , A. Bernady 2 , J. Casteigt 3 , J.M. Dupis 4 , C. Nocent-Eijnaini 5 , M. Sabatini 5 , L. Falque 6 , F. Le Guillou 7 , L. Nguyen 8 , A. Ozier 8 , M. Molimard 9 , C. Raherison-Semjen 1 1 Université de Bordeaux, INSERM, Bordeaux Population Health Research Center, équipe : EPICENE, UMR1219, Bordeaux, France