Du séisme de Kanto au séisme de Kobé. Utilité et limites de la prévision des catastrophes

Du séisme de Kanto au séisme de Kobé. Utilité et limites de la prévision des catastrophes

I'anthropologie : repondre a la question quol bon 1, pour reprendre Ie titre de I'ouvrage de I'ethno• logue Georges Guille-Lescuret. Une illus• tratio...

261KB Sizes 1 Downloads 93 Views

I'anthropologie : repondre a la question quol bon 1, pour reprendre Ie titre de I'ouvrage de I'ethno• logue Georges Guille-Lescuret. Une illus• tration du necessaire regard sur les inter• relations entre natures, sciences et socletes, de la richesse d'une interdisciplinarite au sein de laquelle Ie dialogue entre sciences feconde les fondements epistemolo• giques de chacune.

Canthropologle,

a

PHILOSOPHIE DES SCIENCES .. Politique locale et ecologie pratique. Bruno Latour La Recherche, n° 297, avril 1997, p. 85 e la critique des parcs naturels mis en place contre la - pollution de I'homme - et qUi conduisent a contrario la desertification et I'abandon des espaces par la flore et la faune, au deve• loppement de !'idee de - community based conservation " I'auteur nous conduit sur son territoire de predilection: la neces• saire modification de ce que nous croyons savoir sur I'objectivite des sciences; I'obsolescence de la distinction entre une science et un savoir social. Rien de bien neuf pour les lecteurs de NSS. Ce texte a cependant Ie merite de poser un jalon supplementaire la these des imbri• cations entre nature, sciences et societe. II ajoute un argument contre la distinction simpliste et erronee entre Le pur et rJmpur, pour reprendre Ie titre de I'ouvrage du philosophe Jankelevitch.

D

a

a

a

POPULATIONS ET RESSOURCES .. Environmental deterioration in rural Mexico: an examination of the concept· Rosalva Landa, Jorge Meave, Julia Carablas Ecological Applications, vol. 7, n° 1, fevrier 1997, pp. 316-329 ans les zones rurales mexicaines consacrees principalement la production de produits allmentaires selon des methodes traditionnelles, les problemes envlronnementaux sont surtout mis en relation avec la deforesta• tion et I'erosion du sol plutot qU'avec la pollution chimique ou la reduction de la couche d'ozone. Ainsi, trois categories de facteurs de degradation ont ete identi• fiees dans la region de la Montana: degre de !'influence humaine, etendue de la couverture vegetale et gravite de I'ero-

D

a

sion du sol. A partir de cette analyse, les auteurs suggerent que la degradation environnementale comprend au moins trois dimensions bien distinctes : un cadre abiotique, des attributs biologiques et des caracteristiques sociales. Finalement. i1s definissent la degradation environnemen• tale comme toute modification de I'envi• ronnement qUi implique une reduction ou une perte de ses qualites physiques et biologiques, reduction ou perte causees par des phenomenes naturels ou par I'ac• tivite humaine. La degradation de I'envi• ronnement represente, en fin de compte, une diminution de la disponibillte des biens et des services de I'ecosysteme pour les populations humaines. .. An ecological perspective on human densities in the central African forests • R. F. W. Barnes, S.A. Lahm Journal ofApplied Ecology, vol. 34, n° 1, fevrier 1997, pp. 245-260 a comprehension des relations entre les sols, la pluviosite, les ressources biolo• giques et les populations humaines a d'im• portantes implications pour les projets de developpement et Ie rem placement des fOrt"!ts par des paturages. La capacite de n'importe quel paysage subvenir aux besoins d'une population humaine donnee depend de sa capacite a produire des proteines et des aliments de base en hydrates de carbone. Une pluviosite elevee dans la zone forestiere provoque Ie lessivage de sols deja pauvres du fait de leur substrat geologique. Ces sols produi• sent des cultures a bas rendement. de plus diminue par I'attaque des insectes nuisibles. La vegetation naturelle qUi se developpe sur ces sols ne peut nourrir que de faibles densites d'animaux sauvages (- gibier .) ; et si les forets sont remplacees par des piHurages, ceux-ci ne pourront supporter que de faibles densites de betail. Ainsi, la capacite de la zone forestiere produire des hydrates de carbone est Iimitee, et sa capacite produire des proteines pour la consommation humaine encore plus. Par consequent. la region de la foret equatoriale ne peut abriter que de faibles populations humaines.

L

a

a

a

RISQUES NATURELS MAJEURS .. Du seisme de Kanto au seisme de Kobe. Utilite et Iimites de la prevision des catastrophes. Bernadette de Vanssay Futurlbles, analyse et prospective, n° 219, avril 1997, pp. 25-43

S

,appuyant largement sur I'ouvrage d'un journallste americain qUi a mene une enquete approfondie au Japon la suite du seisme meurtrier de Kobe ijanvier 1995), cet article cherche a comprendre comment ce dernier a pu causer des degats aussi importants dans un pays aussi averti (d'ou la reference au seisme de Kanto, 1923) et technologiquement aussi arme. Un tour d'horizon, non sans surprises, sur la fal;on dont la societe japo• naise fait face au risque naturel majeur auquel elle est confrontee. Et un exemple de portee generale sur les contradictions sociales qUi ne peuvent que deboucher sur un drame pourtant attendu.

a

SCIENCES DE LA COGNITION

a

«Ce que Ie corps dit !'reUChristian Marendaz, Philippe Stlvalet La Recherche, n° 297, avril 1997, pp. 32-34 es auteurs remettent en cause la perception classique du fonctionne• ment de la vision; plus specialement des premieres etapes de construction des caracterlstiques visuelles elementaires presentes dans nmage : couleur, taille, oriehtation, courbure. lis refutent I'hypo• these selon laquelle la vision, dans un premier temps de reception des informa• tions environnementales, serait herme• tique aux autres sens, L:objectif des experi• mentations qU'i1s ont menees - qU'lIs decrivent - visait a modifier Ie poids des Informations visuelles, en desorientant I'accord courant avec la verticale et I'hori• zontale. lis attestent ainsi que la vision integre d'autres informations sensorielles un niveau tres precoce du traitement de !'information. Le dialogue entre reil et cerveau s'avere pluri-sensoriel. Un article interessant, qUi nourrit quelques reflexions sur la complexite du rapport homme-environnement, de la pluralite et la diversite des relations tissees entre I'or• ganisme et I'environnement.

L

a