Existe-t-il un réel intérêt de l’anticoagulation au cours de la thrombose porte non cirrhotique ?

Existe-t-il un réel intérêt de l’anticoagulation au cours de la thrombose porte non cirrhotique ?

79e Congrès de médecine interne Montpellier du 5 au 7 juin 2019 / La Revue de médecine interne 40 (2019) A101–A220 CA195 La thrombose porte cirrhoti...

242KB Sizes 0 Downloads 25 Views

79e Congrès de médecine interne Montpellier du 5 au 7 juin 2019 / La Revue de médecine interne 40 (2019) A101–A220

CA195

La thrombose porte cirrhotique versus non cirrhotique : similitudes et différences. Étude comparative A. Sabbek 1,∗ , E. Nour 2 , A. Ben Slama 1 , H. Aya 1 , H. Jaziri 3 , A. Braham 4 , S. Ajmi 5 , S. Hmila 6 , K. Mehdi 3 , J. Ali 1 1 Gastro-entérologie, hôpital universitaire Sahloul CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 2 Gastrologie, Sahloul, Sousse, Tunisie 3 Hepatogastroentérologie, hôpital universitaire Sahloul CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 4 Gastroentérologie Sahloul, Khzema, Sousse, Tunisie 5 Hépatogastroentérologie, CHU Sahloul, Hammam Sousse, Tunisie 6 Gastroentérologie, Mseken, Sousse, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Sabbek) Introduction La thrombose porte (TP) est l’une des pathologies vasculaires du foie les plus fréquentes. Sa prévalence varie considérablement selon la pathologie sous-jacente. Elle est estimée à 1 % dans la population générale mais peut atteindre les 26 % dans les groupes à risques en particulier au cours de la cirrhose. Le but de notre travail est de comparer les TP cirrhotiques et les non cirrhotiques. Patients et méthodes Étude rétrospective descriptive et analytique, colligeant les patients suivis au service de gastroentérologie de Sahloul pour une TP. Deux groupes ont été comparés : – Groupe 1 : TP sur foie de cirrhose (N = 19) ; – Groupe 2 : TP sans cirrhose (N = 40). Résultats Cinquante-neuf patients ont été colligés d’âge moyen 44,3 ans et de sexe-ratio 1,56. Aucune différence statistiquement significative n’a été retrouvée entre les deux groupes concernant le sexe ratio, l’extension initiale de la thrombose ainsi que la survenue d’une biliopathie portale. L’âge de survenue était statistiquement plus avancé dans le 1er groupe (p = 0,008) par rapport au 2e . De même, une thrombose aiguë ainsi qu’un état prothrombotique étaient plus fréquentes chez les patients non cirrhotiques avec une corrélation statistiquement significative (p < 0,001 et p = 0,03 respectivement). Par ailleurs, les patients cirrhotiques ont présenté plus de complications hémorragiques par hypertension portale (p = 0,05), et aucun cas d’infarctus mésentériques (p < 0,001). La mise sous traitement anticoagulant était statistiquement plus fréquente dans le 2e groupe (p = 0,05). La survie moyenne globale était plus élevée en l’absence de cirrhose (p = 0,02). Conclusion Dans notre étude, la TP survenue sur un foie de cirrhose semble être plus grave avec plus de complications hémorragiques et une survie moindre. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.revmed.2019.03.286 CA196

Existe-t-il un réel intérêt de l’anticoagulation au cours de la thrombose porte non cirrhotique ? E. Nour 1 , A. Sabbek 2,∗ , A. Ben Slama 2 , H. Aya 2 , H. Jaziri 3 , A. Braham 4 , S. Ajmi 5 , S. Hmila 6 , K. Mehdi 3 , J. Ali 2 1 Gastrologie, Sahloul, Sousse, Tunisie 2 Gastro-entérologie, hôpital universitaire Sahloul CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 3 Hepatogastroentérologie, hôpital universitaire Sahloul CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 4 Gastro-entérologie Sahloul, khzema, Sousse, Tunisie 5 Hépatogastroentérologie, CHU Sahloul, Hammam Sousse, Tunisie 6 Gastro-entérologie, Mseken, Sousse, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Sabbek)

A201

Introduction Le but du traitement anticoagulant est différent selon que la thrombose porte (TP) est aiguë ou chronique. Au stade aigu, l’anticoagulation vise la reperméabilisation des vaisseaux thrombosés permettant ainsi d’éviter les complications, tandis qu’au stade chronique, l’objectif est de prévenir la récidive et l’extension de la thrombose. Le but de notre étude est d’évaluer l’effet du traitement anticoagulant au cours de la TP non cirrhotique qu’elle soit aiguë ou chronique. Patients et méthodes Étude rétrospective descriptive et analytique étalée sur 10 ans, colligeant tous les patients suivis pour une thrombose porte non cirrhotique au service de gastroentérologie de Sousse. Trois groupes ont été individualisés : – Groupe 1 : Patients ayant une TP aiguë (N = 15). – Groupe 2 : Patients ayant une TP chronique mis sous traitement anticoagulation (N = 11). – Groupe 3 : Patients ayant une TP chronique sans aucun traitement (N = 14). Résultats Quarante patients ont été colligés, d’âge moyen 37,5 ans et de sexe ratio égal à 1. Tous les patients diagnostiqués avec une TP aiguë ont été mis sous héparine à bas poids moléculaire à dose curative avec un délai moyen de 2,5 jours. Un relais par les anti vitamine K (AVK) a été réalisé après un délai moyen de 8,7 jours. L’INR moyen était de 2,8. La reperméabilisation a été obtenue dans 26,6 % des cas. Un infarctus mésentérique a été survenu chez 2 patients ayant nécessité un traitement chirurgical de résection en urgence. Un seul cas de décès a été noté. Une hypertension portale a été notée dans un tiers des cas. En cas de TP chronique, le traitement anticoagulant a été initié dans 44 % des cas, d’emblée avec des AVK dans tous les cas. Aucune différence statistiquement significative n’a été notée par rapport aux groupes non traités concernant les complications hémorragiques (p = 0,7) et la biliopathie portale (p = 0,6). L’extension de la thrombose ainsi que le développement d’une ascite étaient plus fréquentes dans le 3ème groupe par rapport au 2ème avec une corrélation statistiquement significative (p = 0,02 et p = 0,01 respectivement). La survie moyenne à 5 ans était également plus longue chez les patients traités sans différence significative (p = 0,06). Conclusion Le traitement anticoagulant de la TP qu’elle soit aiguë ou chronique, s’associe à une morbi-mortalité moindre, justifiant son instauration à chaque fois que possible. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.revmed.2019.03.287 CA197

Distinction des thromboses portales aiguës et chroniques en dehors de la cirrhose : pertinence des critères diagnostiques A. Sabbek 1,∗ , E. Nour 2 , K. Mehdi 3 , H. Aya 1 , H. Jaziri 3 , A. Braham 4 , S. Ajmi 5 , S. Hmila 6 , S.A. Ben 1 , J. Ali 1 1 Gastro-entérologie, hôpital universitaire Sahloul CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 2 Gastrologie, Sahloul, Sousse, Tunisie 3 Hépatogastroentérologie, hôpital universitaire Sahloul CHU Sahloul, Sousse, Tunisie 4 Gastro-entérologie Sahloul, Khzema, Sousse, Tunisie 5 Hépato-gastro-entérologie, CHU Sahloul, Hammam Sousse, Tunisie 6 Gastro-entérologie, Mseken, Sousse, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Sabbek) Introduction Classiquement les thromboses portales sont séparées en aiguës et chroniques avec des objectifs thérapeutiques différents. La durée des symptômes ainsi que la présence de cavernome porte ou de complications de l’hypertension portale sont habituellement utilisées pour distinguer les maladies aiguës des