Facteurs de risque cardiovasculaire au cours de la polyarthrite rhumatoïde

Facteurs de risque cardiovasculaire au cours de la polyarthrite rhumatoïde

SFE Nancy 2018 / Annales d’Endocrinologie 79 (2018) 502–520 510 niveau des gencives et de la lèvre inférieure, hyperpigmentation au niveau des coude...

NAN Sizes 0 Downloads 107 Views

SFE Nancy 2018 / Annales d’Endocrinologie 79 (2018) 502–520

510

niveau des gencives et de la lèvre inférieure, hyperpigmentation au niveau des coudes, des mamelons et des OGE et légère dysmorphie faciale. Le diagnostic d’ALD a été posé devant la présence à l’IRM cérébrale d’anomalies de signal bilatérales et symétriques pariéto-occipitales associées à une insuffisance surrénalienne périphérique. Le malade est mis sous hydrocortisone. Discussion et conclusion L’ALD est la conséquence de mutation(s) du gène ABCD1. C’est une affection grave qu’il faut dépister systématiquement devant toute découverte d’une insuffisance surrénalienne chez l’enfant. Le diagnostic positif repose sur l’élévation des AGTLC. La transplantation de cellules souches hématopoïétiques est le seul traitement qui permet, lorsqu’il est effectué au tout début de la maladie de stabiliser ou de faire régresser les lésions cérébrales de démyélinisation. Le traitement de l’insuffisance surrénale est indispensable mais n’influence pas l’évolution de l’atteinte neurologique. Le conseil génétique permet d’identifier les femmes hétérozygotes conductrices et de proposer un diagnostic prénatal. Déclaration de liens d’intérêts d’intérêts.

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.1046 P879

Facteurs de risque cardiovasculaire au cours de la polyarthrite rhumatoïde

Dr W. Skouri ∗ , Dr N. Boussetta , Dr S. Sayhi , Dr L. Metoui , Pr F. Ajili , Pr B. Louzir Service de médecine interne, hôpital Militaire de Tunis, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (W. Skouri) Objectif La polyarthrite rhumatoïde (PR) est associée à une augmentation de la mortalité. Le risque cardiovasculaire dans la PR semble être très élevé. Notre objectif est d’évaluer la fréquence des facteurs de risque cardiovasculaires au cours de la PR et de préciser leur prévalence. Patients et méthodes Étude rétrospective menée au service de médecine interne s’étendant sur une période de 10 ans et colligeant 50 patients ayant une PR. Résultats Il s’agit de 39 femmes et 11 hommes d’âge moyen de 50 ans (extrêmes : 26–73 ans). Douze patients (24 %) étaient hypertendus. Cinq patients (10 %) avaient une hypercholestérolémie et dix malades (20 %) étaient diabétiques. Les autres facteurs de risque cardiovasculaires traditionnels étaient : un âge > 50 ans (60 %), le sexe masculin (22 %), l’obésité abdominale (52 %) et le tabagisme (14 %). Les facteurs de risque surajoutés étaient : la forte activité de la maladie au moment du diagnostic dans 96 % des cas avec un score de DAS 28 moyen à 5,37, la présence d’un facteur rhumatoïde positif (54 %), des anticorps anti-CCP (88 %), un syndrome métabolique dans (40 %), la corticothérapie au long cours (84 %). Les évènements cardiovasculaires retrouvés dans notre série étaient observés chez 2 malades. Discussion La PR doit être considéré comme un facteur de risque cardiovasculaire à part entière. Un meilleur contrôle de l’activité est nécessaire pour un plus faible risque CV. Le contrôle du risque CV doit être régulier et l’évaluation du risque doit être reconduite à chaque changement de traitement. Déclaration de liens d’intérêts d’intérêts.

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.1047 P880

Évaluation nutritionnelle chez les sportifs de haut niveau en Algérie Dr H. Ramdane a,∗ , Dr A. Ouznadji b , S. Aouadi a , S. Berka a , Pr E.H.A. Koceir a a Laboratoire bioénergétique et métabolismes intermédiaires, département des sciences biologiques et physiologiques, université des sciences et de la technologie, Houari Boumediene BP 32, El alia, 16111 Bab Ezzouar, Alger, Algérie

b Laboratoire de Biochimie, faculté de médecine d’Alger, Université 1, Alger, Algérie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Ramdane)

Introduction La diététique du sportif est liée aux performances réalisées, quel que soit le sport pratiqué. Nos objectifs sont : l’évaluation de la qualité de l’alimentation, de l’hygiène de vie et des paramètres anthropométriques, d’un échantillon de sportifs de haut niveau, la recherche d’une relation entre leur nutrition et anthropométrie, enfin la proposition d’un régime approprié. Sujets et méthodes Étude effectuée au sein de l’institut des sports nautiques et subaquatiques, et au niveau du Centre national de médecine du sport, sur 34 sujets. Basée sur l’anthropométrie, enquêtes alimentaires, analyses statistiques (STATISTICA 6). Résultats Soixante-douze pour-cent de nos sportifs ont un IMC normal, 19 % sont en surpoids et 9 % sont en maigreur. Quarante-sept por-cent gardent un poids stable et 53 % ont un poids instable. La qualité de l’alimentation chez 47 % de notre population est mauvaise (< 2700 Kcal/jour/hommes ou 2000/femmes) ; moyenne pour 34 % (3000 Kcal/jour/hommes et 2500/femmes) ; bonne pour 19 % (4000 Kcal/jour/hommes et 3000/femmes). Soixante-six pour-cent des athlètes prennent moins de 1,5 L d’eau pendant les entraînements, contre 34 % qui en prennent plus. Trente-quatre pour-cent consomment des concentrés de protéines. Concernant l’hygiène de vie, la moitié à un nombre d’heures de sommeil optimal. Discussion Absence de relation entre la qualité de l’alimentation des athlètes et leurs paramètres anthropométriques, (Ismail et Zawiak, 1996). Difficultés à faire accepter les propositions de régimes. Conclusion Facteurs anthropométriques à contrôler sur le long terme, chez les cadets/juniors, afin d’améliorer leurs performances, qui restent étroitement liées à leur hygiène de vie, sommeil, alimentation, hydratation et horaires d’entraînement. Des régimes spécifiques doivent être établis. Déclaration de liens d’intérêts d’intérêts.

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens

https://doi.org/10.1016/j.ando.2018.06.1048 P881

Profil lipidique des patients en dialyse péritonéale Dr R. Grati (Résidente en nephrologie) a,∗ , Dr S. Chargui (Assistante en nephrologie) b , Dr S. Ben Nsira (Résidente en nephrologie) a , Dr R. Aoudia (Résidente en nephrologie) a , Dr M. Ounissi a , Dr T. Ben Abdallah (Résidente en nephrologie) a a Tunis, Tunisie b Laboratoire de recherche de pathologie rénale lr00sp01, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (R. Grati) Introduction Le profil lipidique en dialyse péritonéale est fréquemment perturbé. Il est caractérisé par une perturbation du métabolisme des lipoprotéines plasmatiques, entraînant des anomalies lipidiques très athérogènes. Le but de notre travail est de déterminer le profil lipidique de nos patients en dialyse péritonéale. Matériels et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective incluant 87 patients en dialyse péritonéale. Résultat Il s’agissait de 87 patients en dialyse péritonéale, tous en DPA sauf un en DPCA ; 49 % des femmes et 51 % des hommes. L’âge moyen était de 48 ans. La néphropathie initiale était par ordre de fréquence : 34 % néphropathie glomérulaire chronique dont 50 % une néphropathie diabétique, 32 % une néphropathie indéterminée, 20 % une néphropathie interstitielle chronique et 14 % une néphropathie vasculaire. La cholestérolémie moyenne était de 4,9 mmol/L. La LDL-c moyenne était à 3,35 mmol/L ; la HDL-c moyenne était à 0,95 mmol/L et la triglycéridémie moyenne était à 1,71 mmol/L. Seize pour-cent des patients étaient sous statine, 3 % sous fibrate et le reste sous régime hypolipémiant.