Hyperthyroïdie au cours de la grossesse

Hyperthyroïdie au cours de la grossesse

SFE Bordeaux 2016 / Annales d’Endocrinologie 77 (2016) 372–412 P209 Urticaire induite par la lévothyroxine : responsabilité de l’excipient ? H. Affes...

473KB Sizes 0 Downloads 186 Views

SFE Bordeaux 2016 / Annales d’Endocrinologie 77 (2016) 372–412 P209

Urticaire induite par la lévothyroxine : responsabilité de l’excipient ? H. Affes (Pr) a , K. Ksouda (Dr) a , F. Hadj Kacem (Dr) b , S. Hammami (Pr) a , Z. Sahnoun (Pr) a , K. Zeghal (Pr) a , N. Charfi (Pr) b , M. Abid (Pr) b,∗ a Service régional de pharmacovigilance, faculté de médecine, Sfax, Tunisie b Service endocrinologie, hôpital Hédi Chaker, Sfax, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Abid) Introduction La lévothyroxine est une hormone thyroïdienne utilisée comme traitement de substitution des hypothyroïdies congénitales ou acquises. C’est un médicament généralement bien toléré mais quelques effets indésirables d’origine pharmacodynamique ou parfois même immuno-allergique ont été rapportés. Dans ce dernier cas, la recherche d’une alternative thérapeutique est souvent difficile. Nous rapportons un cas d’urticaire aiguë profonde induite par la lévothyroxine. Observation Il s’agit d’une femme âgée de 42 ans suivie pour thyroïdite d’Hashimoto depuis 2 ans sous Tyro4® (lévothyroxine sodique). Récemment, elle a développé une urticaire aiguë avec œdème du visage quelques heures après la 1re prise de Berthyrox® (lévothyroxine). Ce dernier a été arrêté et la patiente a été mise sous corticothérapie avec bonne évolution clinique quelques heures après. Dix jours après, la patiente a été remise sous Thyro4® . Une heure après, la patiente a développé la même symptomatologie avec bonne évolution clinique après l’arrêt de ce dernier et sous traitement symptomatique. L’enquête de pharmacovigilance a révélé dans ses antécédents la notion d’un œdème de Quincke suite à l’ingestion de mais quelques semaines avant l’introduction du Berthyrox® . La patiente a été mise par la suite sous lévothyroxine gouttes sans incidents. Ainsi, la responsabilité de l’excipient « amidon de mais » contenue dans toutes les formes comprimés de la lévothyroxine a été retenue. Discussion L’urticaire est souvent décrite chez les patients atteints d’une hypothyroïdie. Il peut être de mécanisme auto-immun en rapport avec la pathologie elle-même ou de mécanisme immuno-allergique impliquant le principe actif ou l’excipient. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.449 P210

La sarcoïdose thyroïdienne : à propos d’un cas

M. Rchachi (Dr) ∗ , N. Anoun (Dr) , H. El Ouahabi (Pr) , F. Ajdi (Pr) Service d’endocrinologie et maladies métaboliques, CHU Hassan II, Fès, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Rchachi) Introduction La sarcoïdose est une maladie inflammatoire granulomateuse, de cause inconnue, avec une atteinte préférentielle des poumons et des ganglions lymphatiques médiastinaux. Parmi ses atteintes extra-thoraciques, l’atteinte des glandes endocrines et notamment de la thyroïde constitue une manifestation rare de la maladie, probablement sous diagnostiquée, d’autant plus que l’infiltration thyroïdienne retentit peu sur la fonction de la glande. Nous rapportons une observation de localisation thyroïdienne de la sarcoïdose. Observation Patiente âgée de 52 ans suivie depuis 4 ans pour une sarcoïdose pulmonaire diagnostiquée sur des biopsies bronchiques étagées réalisées devant la survenue d’une dyspnée associée à des douleurs inter-scapulaires avec sur la TDM pulmonaire de multiples micronodules parenchymateux pulmonaires et des adénopathies latéro-trachéales et hilaires bilatérales. Elle consulte pour une tuméfaction cervicale sans signes inflammatoires locaux ni altération de l’état général, chez qui l’exploration a révélé un goitre multi-hétéro-nodulaire en euthyroïdie clinique et biologique. Une thyroïdectomie totale a été pratiquée devant la taille des nodules. L’examen anatomopathologique de la pièce opératoire a montré un infiltrat lymphoïde avec granulomes épithélioïdes et giganto-cellulaires sans nécrose caséeuse en faveur d’une sarcoïdose thyroïdienne.

389

Discussion La sarcoïdose est une maladie systémique à localisations multiples. L’atteinte thyroïdienne a été rarement décrite car généralement asymptomatique, de découverte fortuite sur étude anatomopathologique de pièce de résection thyroïdienne. Un mécanisme immun commun semble en être à l’origine. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.450 P211

Mutation du codon 804 du proto-oncogène RET et microcarcinome papillaire de la thyroïde M. Bosset a,∗ , M. Decaussin-Petrucci (Dr) b , S. Giraud (Dr) c , M. Lebeault d , V. Rohmer (Pr) d , I. Tauveron (Pr) e , F. Smail a , F. Borson-Chazot (Pr) a , M. Pugeat (Pr) a a Fédération d’endocrinologie, groupement hospitalier Est, CHU Lyon, Bron, France b Laboratoire d’anatomopathologie, centre hospitalier Lyon Sud, CHU Lyon, Pierre-Bénite, France c Service de génétique moléculaire, hôpital Édouard-Herriot, Lyon, France d Service d’endocrinologie, CHU d’Angers, Angers, France e Service d’endocrinologie, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Bosset) La mutation du codon 804 sur l’exon 14 du proto-oncogène RET (c.2410G→A) est habituellement associée à une forme familiale de carcinome médullaire de la thyroïde. Nous rapportons l’expression clinique de cette mutation chez 20 membres d’une grande famille, porteurs de la mutation 804. Dans l’une des branches, la grand-mère porteuse n’a jamais été opérée. Une de ses filles présentait 3 microcarcinomes (␮Kc) médullaires et un adénome parathyroïdien et l’autre un ␮Kc papillaire avec une hyperplasie des cellules C. Dans la troisième génération, la fille et le fils de ces deux patientes présentaient respectivement un ␮Kc papillaire unifocal et bifocal au sein d’une hyperplasie des cellules C. Trois autres membres porteurs sans élévation de la calcitonine et sans nodule échographique font l’objet d’un suivi. Curieusement, un frère non porteur de la mutation 804, a présenté une hyperparathyroïdie associée à un carcinome parathyroïdien et à un adénome parathyroïdien. Dans l’autre branche familiale, il existe 4 cas de carcinome médullaire dont deux récidivant avec métastases, un cas associé à un phéochromocytome et un autre associé à un ␮Kc papillaire de la thyroïde. Dans la troisième génération, on trouve un cas de carcinome médullaire et deux cas de ␮Kc médullaires thyroïdiens. Trois autres membres de la quatrième génération sans apparente expression phénotypique sont en cours de suivi. En conclusion, la fréquence élevée de Kc papillaire dans cette famille, unique dans le registre du GTE des mutations 804 du proto-oncogène RET, pose la question de son implication dans la carcinogenèse des tumeurs de la thyroïde. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.451 P212

Hyperthyroïdie au cours de la grossesse

M. Rchachi (Dr) ∗ , H. Houari (Dr) , H. El Ouahabi (Pr) , F. Ajdi (Pr) Service d’endocrinologie et maladies métaboliques, CHU Hassan II, Fès, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Rchachi) Objectif Le but de notre travail est de déterminer les aspects cliniques, paracliniques, étiologiques, thérapeutiques de l’hyperthyroïdie au cours de la grossesse. Patients et méthodes Il s’agit d’une étude prospective portant sur 40 patientes hospitalisées au service d’endocrinologie du CHU Hassan II de Fès chez qui une hyperthyroïdie a été diagnostiquée pendant la grossesse.

SFE Bordeaux 2016 / Annales d’Endocrinologie 77 (2016) 372–412

390

Résultats L’âge moyen de nos patientes est de 34 ans (26–43). Des antécédents familiaux de dysthyroïdies étaient présents dans 14 % des cas. L’hyperthyroïdie était connue avant la grossesse chez 12 patientes dont 8 cas de goitre nodulaire toxique et 4 cas de maladie de Basedow. Les étiologies de l’hyperthyroïdie au cours de la grossesse étaient l’hyperthyroïdie gestationnelle gravidique dans 6 cas, le goitre multi-hétéro-nodulaire dans 9 cas et la maladie de Basedow dans 9 cas. Les 4 autres patientes ont été perdues de vue. Concernant les complications maternelles, on avait noté deux cas d’avortements spontanés sans aucunes complications fœtales. La thérapeutique la plus utilisée était le carbimazole. Seulement deux patientes ont été mises sous propithiouracile. Aucun cas de dysthyroïdie néonatale n’a été rapporté. Discussion L’hyperthyroïdie survenant au premier trimestre est le plus souvent transitoire. Celle du 2e et 3e trimestre est le plus souvent due à une maladie de Basedow et à un goitre multi-hétéro-nodulaire. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.452 P213

Hypothyroïdie au cours de la grossesse

M. Rchachi (Dr) ∗ , M. Bensouda (Dr) , H. El Ouahabi (Pr) , F. Ajdi (Pr) Service d’endocrinologie et maladies métaboliques, CHU Hassan II, Fès, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Rchachi) Objectif Le but de notre travail est de déterminer les aspects cliniques, paracliniques, étiologiques, thérapeutiques et évolutifs de l’hypothyroïdie au cours de la grossesse. Patients et méthodes Nous avons mené une étude prospective portant sur 50 femmes enceinte hospitalisées au service d’endocrinologie du CHU Hassan II de Fès présentant une hypothyroïdie préexistante ou diagnostiquée pendant la grossesse. Résultats L’âge moyen de nos patientes est de 32 ans (20–44). Des antécédents familiaux de dysthyroïdie étaient présents dans six cas. L’hypothyroïdie était connue avant la grossesse dans 10 cas soit 20 %. Elle était asymptomatique dans la majorité des cas (99 %). Le critère diagnostique de l’hypothyroïdie au cours de la grossesse a été fait devant une TSH supérieur à 2,5 ␮UI/mL au cours du premier trimestre et au-delà de 3 ␮UI/mL en 2e et 3e trimestre. Les étiologies de l’hypothyroïdie étaient dominées par une hypothyroïdie post-thyroïdectomie dans 78 % des cas, une thyroïdite d’Hashimoto dans 16 % des cas, la cause était indéterminée dans 6 % des cas. La démarche diagnostique avait consisté sur l’augmentation de la dose de L-thyroxine de 25 % au début de la grossesse chez les patientes porteuses d’une hypothyroïdie antérieure. La surveillance était chaque quinzaine par une T4L jusqu’à l’obtention de l’euthyroïdie puis mensuelle. Aucune complication materno-fœtale n’a été objectivée. En post-partum, deux cas d’hypothyroïdie néonatale ont été rapportés. Discussion Le dépistage de l’hypothyroïdie au cours du 1er trimestre de la grossesse est impératif si l’on veut prévenir ses conséquences graves aussi bien fœtales que maternelles. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.453

Observation Il s’agit d’une patiente de 54 ans suivie pour néphropathie indéterminée, mise sous corticothérapie. Un bilan initial thyroïdien fait avant mise sous traitement trouve une TSUus à 5,31 mUI/mL. La patiente nous a été adressée pour exploration d’une hypothyroïdie, un bilan de contrôle thyroïdien a été réalisé 48 h après l’initiation de corticothérapie. La TSHus était à 1,75 mUI/m et la T4l à 18,1 pmol/L. Devant la non-concordance des 2 bilans, et la possibilité de l’effet de glucocorticoïdes sur la TSHus, un troisième bilan de contrôle a été demandé à 2 semaines de la corticothérapie avec une TSHus à 8 mUI/mL, T4l à 13 pmol/L. L’échographie cervicale a mis en évidence un aspect de thyroïdite avec des anticorps anti-TPO qui sont en cours. Conclusion Une inhibition de la sécrétion hypothalamique du TRH et donc de la TSH par les glucocorticoïdes exogène était supportée par plusieurs études. Cependant l’effet de cette suppression est décrit sur un mode aigu, une élévation du taux de TSH a été constatée après administration chronique de glucocorticoïdes. Une bonne connaissance de la cinétique de la TSH sous glucocorticoïdes, spécialement l’hydrocortisone dans notre pratique permet de poser le diagnostic d’hypothyroïdie au cours d’une prescription de glucocorticoïdes. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.454 P215

La maladie de Basedow chez l’enfant : place de l’irathérapie

I. Rezgani Chelbi ∗ , I. Meddeb (Dr) , I. Yeddeas (Dr) , K. Limam , M. Aida (Pr) , I. Slim (Pr) , F. Ben Slimene (Pr) Institut Salah Azaiez, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Rezgani Chelbi) Introduction L’hyperthyroïdie est rare chez l’enfant, la maladie de Basedow (MB) est sa principale étiologie. Son traitement dans sa cette population particulière est toujours un sujet de controverse. Nous essayons à travers ce travail de démontrer la place de l’irathérapie dans la MB de l’enfant. Méthodes Il s’agissait d’une étude rétrospective ayant porté sur 33 patients âgés de moins de 19 ans, qui nous ont été adressés pour irathérapie dans le cadre d’une maladie de Basedow sur la période 2007–2015. Un recueil des données cliniques, biologiques et évolutifs a été fait. Résultats Le sex-ratio F/M = 7,25. La moyenne d’âge était de 16,87 ± 2,2 ans. La scintigraphie thyroïdienne faite 24 h après la dose traceuse d’iode131, confirme le diagnostic de MB. Les doses d’iode administrées étaient forfaitaires variant de 260 à 555 MBq. L’hypothyroïdie post-radique était obtenue dans 100 % des cas, le délai moyen de réponse était de 3,27 mois (1 à 6 mois). Un seul cas de récidive de l’hyperthyroïdie était noté à 1 an, ayant nécessité une 2e cure avec installation d’une hypothyroïdie post-radique au bout de 2 mois. Discussion et conclusions L’hyperthyroïdie touche surtout le grand enfant avec une prédominance féminine. Il est peut-être temps de mettre le point sur l’importance et la nécessité de l’utilisation de l’iode 131 dans son traitement d’autant plus que les autres modalités thérapeutiques ne sont pas dénuées d’effets indésirables et de complications. Déclaration de liens d’intérêts liens d’intérêts.

Les auteurs n’ont pas précisé leurs éventuels

http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2016.07.455

P214

P216

Effet des glucocorticoïdes sur la fonction thyroïdienne : illustration à partir d’un cas

Une rhabdomyolyse sévère révélant une hypothyroïdie périphérique

M. Elbahi (Dr) ∗ , G. El Mghari (Pr) , N. El Ansari (Pr) Endocrinologie, Marrakech, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Elbahi) Introduction Les glucocorticoïdes exogènes à un niveau supraphysiologique, réduisent la sécrétion de TSH. Leur mécanisme suppresseur reste encore inconnu ; cet effet suppresseur sur la TSH est exercé à un niveau supra-hypophysaire. Nous rapportons un cas qui illustre l’effet aigu et non chronique de cette suppression de TSH sous glucocorticoïdes.

R. Amri a , H. Sahli a , I. Ben Ahmed a,∗ , H. Tounsi a , B. Ben Ammou a , R. Jazi b a Service de médecine interne, hôpital Mohamed Taher Maamouri, Nabeul, Tunisie b Service de dialyse, hôpital Mohamed Taher Maamouri, Nabeul, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Ben Ahmed)