IRM et planification de la radiothérapie des cancers du col utérin traités selon la technique des quatre faisceaux orthogonaux

IRM et planification de la radiothérapie des cancers du col utérin traités selon la technique des quatre faisceaux orthogonaux

Cancer/Radiother 0 Elsevier. Paris 1997; 1587-9 Communications orales et posters (rCsumQ) Simulation virtuelle IRM et planification de la radioth...

123KB Sizes 2 Downloads 191 Views

Cancer/Radiother 0 Elsevier. Paris

1997; 1587-9

Communications

orales et posters (rCsumQ)

Simulation virtuelle

IRM et planification de la radiothbrapie des cancers du co1 u&in trait& selon la technique des quatre faisceaux orthogonaux L Thomas, B Chacon, 0 Lasbareilles, A Chemin. M Kind, J Pigneux, G Kantor Institut Bergon%, centre rt2gional de Iutte contre le cancer. 33076 Bordeaux cedes France But de 1 ‘&de : Evaluer l’int&t de I’IRM dam la definition des faisceaux d’ irradiation pour des patientes atteintes de cancer du co1 de l’uttrus, irradiees par la technique des quatre faisceaux orthogonaux. Patientes et mCthodes : Entre mai 1994 et fevrier 1995, 18 patientes atteintes dun cancer du co1 de l’ut&us ont et& BvaIt&es (1 TlN-, 2 T2aN, 1 T2bN-, 2 T2bN+, 2 T3bN+). L.&at ganglionnaire pelvien Btait precise par curage sous crelioscopie. La premiere &ape. a consiste a r&liser une simulation radiologique selon une technique de quatre faisceaux orthogonaux isocentriques. Pour le premier groupe (11 patientes), la simulation etait basee sur l’examen clinique, l’examen tomodensitomttrique et les regles classiques de simulation. Pour le second groupe (sept patientes), la simulation ttait basee en plus sur I’IRM diagnostique qui ttait disponible a ce moment-la. Dans tm second temps, il a Bte reali&. une IRM en position de traitement, les axes des faisceaux &ant rep&s a la peau. La validite de la simulation radiologique a ete ensuite Bvaluee par rapport a I’IRM en position de traitement en superposant les faisceaux simules sur les images IRM sagittales et coronales. Elle a ete consideree comme adequate s’il existait une marge dite de S&Xrite de 1 cm par rapport au volume tumoral et a ses extensions. Rbultuts : Darts le premier groupe, I’IRM en position de traitement a entrain6 sept modifications dont six au niveau des faisceaux latbaux et un au niveau d’un faisceau anterieur et lat&al. Dans la plupart des cas, les modifications consistaient en une augmentation de l’ordre de 10 mm de la taille des faisceaux afin d’assurer une marge de securitt. Dam le deuxieme groupe, I’IRM en position de traitement a entraine des moditications minimes au niveau des faisceaux lateraux. Pour les deux groupes, les modifications sur les faisceaux latbaux ont portt sur la limite anterieure afin d’englober avec une marge de stcuritt le fond u&in et sur la limite posterieure aftn d’englober suffisamment le volume tumoral cervical. Conclusion: L’IRM permet une radiothtrapie individualisee adaptee a l’anatomie tumorale de chaque patiente.

Comment optimiser le traitement des cancers hronchiques par la simulation virtuelle ? F Reboul, P Vincent, B Chauvet, R Garcia, R Oozeer, BJ Toy Unite’ de traitement des cancers bronchiques, clinique SainteCatherine, 84000 Avignon, France Le traitement des cancers dose Bgale ou suptrieure entouree de parenchyme

bronchiques necessite de delivrer une a 60 Gy, dans une cible profonde pulmonaire sain ou alter6 par le

tabagisme, qu’il faut preserver au maximum, en particulier chez les patients inoperables pour des raisons fonctionnelles. IJne contention thoracique est necessaire pour assurer une bonne reproductibilite des traitements. Celle-ci est assuree en pratique par une coque individuelle en mousse thermofonnable r&liste en position de traitement, bras au-dessus de la t&te. La definition d’un point de reference permettra ult&ieurement de modifier la position de l’isocentre. L’acquisition des coupes par scanneur helico’idal se fait tous les 3 mm sur la totalite du thorax (80 coupes en moyenne), de faGon a pouvoir generer des radiographies digitales pour les rep&es osseux et des histogrammes dose-volume permettant le calcul de la dose rque par la totalite du poumon sain. La definition du volume tumoral (GTV-T) et ganglionnaire (GTV-N) se fait de facon distincte sur chaque coupe, aid&e le plus souvent possible par une opacitication vasculaire et par l’utilisation conjointe des fenetres m&liastinales et pulmonaires. Apres reconstruction 3D. les marges de stcurite detinissant le PTVl et le PIV2 sont obtenues par expansion volumique automatique dans les trois dimensions de l’espace. Nous avons actuellement choisi de prendre des marges de 17 mm pour tenir compte des variations de positionnement., de l’eventuelle mobilite de la tumeur au cours des mouvements respiratoires et de la penombre. Apres redefinition de l’isocentre, le report du PTVl sur les radiographies digitalis& permet de detinir les caches pour debuter rapidement le traitement. 11 est cependant capital a ce stade de calculer la dose rec;ue par le poumon sain car celle-ci depend surtout du volume de traitement initial. Nous avons actuellement choisi de prendre comme limite superieure de tolerance une dose de 25 Gy a 30 % du volume pulmonaire total. Lors de la definition du PTV2. le dessin des caches pour les faisceaux obliques s’effectue de la m&me facon, en reduisant autant que possible la hauteur du volume irradie. Le contrele des histogrammes dose-volume pour la tumeur, le poumon sain et la moelle doit Ctre effectue avant tout traitement. Les resultats dosimetriques de cette optimisation sur les 100 premiers patients seront present&s. Utilisation en routine d’un simulateur tomodensitometre associk g un logiciel d’aide in la preparation du traitement H Bouhnik I, G Nicolazic I, F Ben-e I, E Lartigau2, H Kafrouni t ‘Service de physique, 2d6partement de radiothekapie, institut Gustave-Roussy. 94800 Villeju$, France La radiothtrapie, exige une grande precision. Cela implique une determination rigoureuse du volume cible et le choix dune balistique dans les conditions exactes de traitement. La prtparation du traitement est I’etape essentielle. L’utilisation d’un simulateur scanneur nous a conduit a concevoir une nouvelle methodologie pour appliquer des techniques de traitement standard, qu’il faut adapter a la conformation d’un patient. C’est le cas en particulier pour le traitement du cancer du sein qui re.presente une part importante du recrutement des patients. Au prealable, le simulateur tomodensitombtre a ete connect& au reseau informatique sur lequel sont install&s le systeme de