Les cimentoplasties extra-rachidiennes

Les cimentoplasties extra-rachidiennes

interventionnelle. même au stade de la douleur aiguë (dite message nociceptif) doit prendre en compte cette complexité et donc s'intégrer dans des str...

157KB Sizes 0 Downloads 95 Views

interventionnelle. même au stade de la douleur aiguë (dite message nociceptif) doit prendre en compte cette complexité et donc s'intégrer dans des stratégies globales de prise en charge de la souffrance algique. Ces stratégies doivent être planifiées, intégrées, préparées et ne sauraient constituer un pis aller ou une manœuvre de sauvetage élaborée dans l'urgence de l'échec d'un geste interventionnel. Mots clés: Os - Douleur - Physiologie

16 h 20

Durée: 20 minutes

VERTEBROPLASTIE ET KYPHOPLASTIE: INDICATIONS ET COMPLICATIONS H Deramond, P Monet Amiens - France Correspondance: [email protected]

Objectifs: Connaître les indications des vertébroplasties et kyphoplasties. Connaître les arguments de choix entre vertébroplasties et kyphoplasties. Connaître les risques (incidents, complications) des vertébroplasties et kyphoplasties. Points clés: Ce sont deux méthodes de traitement des douleurs rachidiennes focales en rapport avec une lésion fragilisant le corps vertébral (ostéoporose, tumeur, dysplasie). La vertébroplastie est le traitement de choix dans ces indications. La kyphoplastie doit être privilégiée dans le traitement des fractures tassements ostéoporotiques ou traumatiques de moins de deux semaines. Technique correcte et bonnes indications évitent le risque de complications. Résumé: La vertébroplastie et la kyphoplastie sont deux méthodes qui permettent de consolider un corps vertébral par voie percutanée. L'indication majeure est la rachialgie invalidante, focale, mécanique, en rapport avec une fracture-tassement d'origine ostéoporotique ou traumatique, ou un envahissement du corps vertébral par une lésion tumorale ou dysplasique. La kyphoplastie nécessitant une instrumentation coûteuse est plutôt réservée au traitement des fractures tassements traumatiques de moins de deux semaines. Le risque de ces gestes est inférieur à 1 % si les règles techniques et les indications sont respectées. Elles sont en rapport avec le risque de fuite périvertébrale (embolie pulmonaire, radiculalgie, syndrome médullaire ... ). Mots clés: Vertébroplastie, douleur - Kyphoplastie, fractureVertèbre, tumeur

16 h 40

Durée: 20 minutes

LES CIMENTOPLASTIES EXTRA-RACHIDIENNES FG Barral, R Mohammedi, A Ramier, L Manera Saint-Etienne - Fronce Correspondance: [email protected]

Objectifs: Savoir que les cimentoplasties percutanées font partie de l'arsenal thérapeutique des lésions fragilisantes du squelette. Connaître les indications. Reconnaître les contre indications. Points clés: Les cimentoplasties percutanées sont aussi efficaces que les vertébroplasties. Elles intéressent toutes les lésions osseuses accessibles. Les cimentoplasties percutanées se conçoivent en synergie avec les autres thérapeutiques anti-néoplasiques. On les couple de plus en plus fréquemment avec la radio fréquence. L'indication thérapeutique doit se poser en réunion de concertation pluridisciplinaire. Résumé: La technique des cimentoplasties percutanées découle directement de celle des vertébroplasties. L'importance du bénéfice obtenu par ces dernières en matière de suppression de la douleur et de récupération des capacités fonctionnelles au prix de complications peu fréquentes et cliniquement acceptables, à fait étendre les indications des cimentoplasties percutanées à la totalité des lésions osseuses fragilisantes, mais sous réserve de leur accessibilité au guidage radiologique. Le premier but est d'apporter une antalgie rapide par un effet de consolidation des lésions

1450

ostéolytiques du squelette. Comme pour les vertébroplasties, le second but est d'avoir un effet carcinologique, ou tout au moins carcinostatique sur la lésion néoplasique. Il est d'ailleurs de plus en plus régulièrement proposé de coupler, au cours du même geste l'ablathérapie par radiofréquence et la cimentoplastie. Ce couplage a pour autre avantage de pouvoir contrôler plus facilement la progression du ciment dans la lésion osseuse. Les indications des cimentoplasties percutanées concernent principalement les pathologies néoplasies et intéressent donc : les zones d'ostéolyses très étendues et profondes pour lesquelles aucun traitement chirurgical n'est envisageable, les lésions ostéolytiques de pièces osseuses pour lesquelles le geste chirurgical serait trop délabrant et en particulier les lésions du bassin et du sacrum, les zoncs d'ostéolyses pour lesquelles le risque fracturaire est important surtout si elles sont en zones portantes risquant de compromettre la solidité et la stabilité d'une partie du squelette, ainsi que la station debout comme par exemple la région cotyloïdienne et le col fémoral, les lésions des os longs avec un retentissement fonctionnel important compromettant la station debout et la marche, les lésions ostéolytiques échappant à la radio et/ou à la chimiothérapie. Ces traitements doivent se concevoir en synergie avec les autres thérapeutiques anti-néoplasiques. Mots clés: Os - Douleur, tumeur

17 h 00

Durée: 20 minutes

POURQUOI COMBINER RF ET INJECTION DE CIMENT? B Kastler (1), SAubry (1), M Jacamon (1), J Jehl (1), FO Zeh (1), JM Lerais (1), H Ezzedine (1), FG Barral (2), B Fergane (1), P Pereira (3) (1) Besançon - Fronce, (2) Saint-Etienne - Fronce, (3) Tuebingen - Allemagne Correspondance: [email protected]

Objectifs: Connaître les indications propres et complémentaires de la cimentoplastie et de la radiofréquence. Connaître les risques, incidents et complications de chacune de ces techniques. Points clés: La radiofréquence et cimentoplastie combinées en un seul geste est techniquement réalisable. Elle est justifiée en premier lieu dans les localisations tumorales osseuses uniques. Elle apparaît comme un complément efficace indispensable au traitement des douleurs osseuses rebelles. Dans les lésions osseuses fragilisantes circonscrites elle apparaît comme potentiellement curatrice en plus de l'effet consolidation osseuse. Résumé: Les douleurs des métastases osseuses sont souvent rebelles aux thérapeutiques habituelles. Lorsqu'il existe un risque fracturaire la cimentoplastie est un traitement bien établi dans ce domaine. Lors de l'injection de ciment, il y a un risque potentiel de dissémination soit localement par refoulement de cellules malignes en proximité ou à distance par embolisation veineuse. La radiofréquence tumorale, d'introduction plus récente, a sa place également en termes d'efficacité antalgique. Les deux techniques ont leurs indications propres, sont complémentaires et peuvent être combinées en une intervention. Les gestes sont réalisés sous guidage TDM avec anesthésie locale et protoxyde d'azote. Mots clés: Os, tumeur - Radiofréquence, douleur - Vertébroplastie, radiologie interventionnelle

17 h 20

Durée: 10 minutes

DISCUSSION GENERALE: QUELLE TECHNIQUE POUR QUELLE PATHOLOGIE?