Modifications récentes apportées au système de classification clinique des cancers du col et de la vulve

Modifications récentes apportées au système de classification clinique des cancers du col et de la vulve

' EDITORIAL SOLLIC T E ' ' La Societe des Obstetriciens et Gynecologues du Canada MEMBRES DU CONSEIL 1995-1996 PRESIDENT: D' Garry Krepart- Winni...

2MB Sizes 0 Downloads 51 Views

'

EDITORIAL

SOLLIC

T

E ' '

La Societe des Obstetriciens et Gynecologues du Canada MEMBRES DU CONSEIL 1995-1996 PRESIDENT: D' Garry Krepart- Winnipeg PRESIDENT SORT ANT: D' Rodolphe Maheux- Quebec PRESIDENTE DESIGNEE: D' Nan Schuurmans- Edmonton VICE-PRESIDENT ADMINISTRATIF: D' Andre B. Lalonde- Ottawa

Modifications recentes apportees au systeme de classification clinique des cancers du col et de Ia vulve

VICE-PRESIDENT ADMINISTRATIF ASSOCIE: D' Robert Kinch -Ottawa TRESORIER: D' Anton in Rochette- Loretteville VICE-PRESIDENTS: D' Robert Reid - Kingston D' Thomas Baskett- Halifax PRESIDENTS ET VICE-PRESIDENTS REGIONAUX: OUEST D' Don Davis- Medicine Hat D' Jan Christilaw- White Rock CENTRE D' Chui Kin Yuen- Winnipeg D' Thirza Smith- Saskatoon ONTARIO D' Donna Fedorkow- Hamilton D' Catherine Claire Kane- Ottawa QUEBEC D' Cajetan Gauthier- Levis D' Vyta Senikas- Montreal ATLANTIQUE Dr. David A. Knickle- Charlottetown D' Garth Christie- Fredericton REPRESENTANTE DU PUBLIC Mme Janet MacMillan- Halifax REPRESENTANT DES MEMBRES JUNIORS D' Georges Sylvestre- Montreal REPRESENTANT DES MEMBRES ASSOCIES (MD) D' T. Riley- Oakville REPRESENTANTE DES MEMBRES ASSOCIES (SOINS INFIRMIERS) Mme Marie-Josee Trepanier- Ottawa BUREAU NATIONAL VICE-PRESIDENT ADMINISTRATIF Dr Andre B. Lalonde AGENTE DES COMMUNICATIONS Martine Joly 774 Echo Drive Ottawa (Ontario) K1 S 5N8 tel: (613) 730-4192 1-800-561-2416 telec:(613) 730-4314

Les regles de base de Ia classification des neoplasmes malins de l'appareil genital feminin ont ete elaborees a Ia fin des annees 1920 par Ia Commission du cancer de Ia Societe des Nations, dont les travaux allaient conduire a un systeme international de classification. En 193 7, !'Organisation de Ia sante de Ia Societe des Nations commen<,;ait Ia publication de rapports annuels des resultats du traitement radiotherapeutique du cancer du col de !'uterus. Ces rapports etaient fondes J.L. l:lenedet, p•ofesseur et chef, sur une classification clinique de l'etendue d6partcment d'obst&tnque et de gynecologie. University of British des tumeurs; ils ont ete a l'origine du systeme Coll;mb a, H6p1tal de Vancouver de classification actuellement en usage. En et H..:alth Sciences Centre 1958, Ia Federation intemationale de gynecologie et d'obstetrique (FIGO) a pris en charge Ia publication de ces rapports eta commence a s'occuper, par l'intermediaire de son Comite d'oncologie, de Ia classification des cancers gynecologiques. Actuellement, les rapports sont publies tous les trois ans et leur parution cc1incide avec Ia tenue du congres mondial de Ia FIGO. Historiquement, les systemes de classification ont ete mis au point pour permettre Ia comparaison de diverses methodes de traitement mises au point dans des centres differents. Les medecins travaillant chacun de leur cote pouvaient ainsi compter sur un systeme fiahle et reproductible, autorisant Ia comparaison des resultats obtenus avec un traitement donne entre des groupes de patients differents. En 1954, !'Union intemationale contre le cancer (UICC) mettait sur pied un comite charge d'etablir les regles a respecter pour Ia classification clinique des tumeurs mal ignes aux fins de Ia presentation des resultats therapeutiques. C'est ainsi qu'est ne le systeme de classification TNM (fonde sur les caracteristiques de Ia tumeur primitive (T), sur l'etat de son eventuelle adenopathie regionale (N =lymph node) et sur !'absence ou Ia presence de metastases a distance (M) ). En 1966, on proposait un systeme TNM pour le cancer du col

JOURNAL SOGC

1183

DECEMBRE 1995

' ' ' de cancer. Ces changements portent essentiellement sur Ia profondeur de !'invasion aux stades precoces des cancers du col et de Ia vulve, et tiennent compte des pratiques courantes et des recommandations des cliniciens du monde entier. Nous decrivons ci-apres les modifications qui ont ete apportees.

de ['uterus tenant compte des regles de classification clinique de Ia FIGO et des groupes en vigueur. En 1959, 1' American Joint Committee for Cancer Staging and End-Results (AJCC) etait mis en place afin d'elaborer un systeme de classification clinique pour tous les cancers qui serait acceptable a !'ensemble de Ia profession medicate americaine. Actuellement, Ia FIGO joue toujours un r6le de direction en cette matiere, en collaborant etroitement avec le Comite TNM de l'UICC et avec l'AJCC. La concordance entre les trois comites est parfaite et les modifications aux definitions de classement existantes des cancers gynecologiques ne sont apportees qu'a !'issue de consultations conjointes et d'un accord des trois parties. Au cours des cinquante dernieres annees, divers changements ont ete apportes au systeme de classification des cancers gynecologiques par suite de !'evolution des connaissances sur Ia hiologie et l'histoire naturelle de ces maladies, et compte tenu egalement des suggestions des cliniciens. Le systeme est fonde essentiellement sur une classification clinique simple et facile a appliquer, refletant exactement l'etendue connue de Ia maladie. Pour Ia plupart des cancers, Ia classification tient compte de l'etendue anatomique de Ia maladie et des caracteristiques qui en definissent les antecedents. A mesure que Ia taille de Ia tumeur primitive (T) augmente, les ganglions lymphatiques regionaux (N) sont touches, puis on observe des metastases (M) plus distantes. Ces trois caracteristiques, ainsi que leur presence ou leur absence telle que determinee par l'examen clinique prealable a Ia therapie, servent adeterminer l'etendue de Ia maladie (son stade de developpement). La classification des cancers du col demeure clinique, tandis que celle de Ia plupart des autres cancers gynecologiques est chirurgicale, lorsque !'information obtenue au moment de Ia chirurgie concernant l'etat des ganglions lymphatiques est utilisable. Dans certains cas, les classes de tumeurs peuvent egalement avoir une utilite au plan du pronostic; elles ont done ete incorporees dans le systeme de classification. Lors du dernier congres mondial de Ia FIGO, tenu a Montreal en septemhre 1994, le Comite d'oncologie a examine le systeme de classification des cancers du col et de Ia vulve. A !'issue d'un long debat et d'un examen complet de Ia documentation scientifique, on a apporte des changements au systeme de classification de ces types

JOURNAL SOGC

CLASSIFICATION DU CANCER DU COL

Le carcinome est strictement confine au col de !'uterus (ne pas tenir compte d'une extension possible au corps de !'uterus). Stade IA Le cancer invasif ne peut etre diagnostique qu'avec l'aide du microscope. Toutes les lesions macroscopiques, meme a invasion superficielle, appartiennent au groupe lB. Invasion stromale dont Ia profondeur maximale est de 5 mm et le diametre maximal de 7 mm.* Stade IA1 Invasion stromale ayant une profondeur maximale de 3 mm et un diametre maximal de 7 mm. Stade IAz Invasion stromale ayant une profondeur oscillant entre 3 et 5 mm et un diametre maximal de 7 mm. Stade I

*

La profondeur de !'invasion ne devrait pas depasser 5 mm

a partir de la base de l' epithelium de revetement ou de

l' epithelium glandulaire ou elle prend son origine. L' envahissement de l' espace vasculaire, veineux au lymphatique ne devrait pas influer sur la classification. Stade lB Stade IB1 Stade IB 2

Lesions cliniques limitees au col, ou lesions precliniques plus etendues qu'en IA. Lesions cliniques ne depassant pas 4 em. Lesions cliniques superieures a 4 em.

Les definitions des stades plus avances restent inchangees: Stade II Le carcinome s'etend au-dela du col, mais ne rejoint pas la paroi pelvienne. II rejoint le vagin, mais ne s'etend pas au-dela du tiers inferieur. Pas d'invasion evidente du parametre. Stade IIA Stade liB Invasion evidente du parametre. Le carcinome s'etend jusqu'a Ia paroi pelviStade Ill enne. L'examen rectal ne permet de deceler aucun espace exempt de cancer entre la tumeur et Ia paroi pelvienne.

1184

DECEMBRE 1995

' ' '

Stade IliA Stade IIIB

Stade IV

Stade IVA Stade IVB

La tumeur atteint le tiers inferieur du vagin. lnclure tous les cas d'hydronephrose et de non fonctionnement des reins, a moins que ces troubles ne soient attribuables a une cause differente connue. Pas d'atteinte de la paroi pelvienne, mais invasion du tiers inferieur du vagin. Atteinte de la paroi pelvienne ou hydronephrose ou non fonctionnement des reins. Le carcinome s'etend au-dela du petit bassin et s'observe cliniquement sur la muqueuse de la vessie ou du rectum. Invasion des organes adjacents. Invasion des organes distants.

Stade IVB Toute metastase distante, y compris des ganglions lymphatiques.

J SOGC

CANCER DE LA VULVE

Stade I

Stade lA

Stade IB

Lesions de 2 em ou moins, limitees a la vulve ou au perinee. Pas de metastases ganglionnaires. Lesions de 2 em ou moins, limitees a la vulve ou au perinee, avec invasion stromale ne depassant pas 1,0 mm. * Pas de metastases ganglionnaires. Lesions de 2 em ou moins, limitees a la vulve ou au perinee, avec invasion stromale ne depassant pas 1,0 mm. Pas de metastases ganglionnaires. *

* La profondeur de !'invasion est Ia distance qui separe Ia jonction epithelium-stroma de Ia papille dermale adjacente Ia plus superficielle au point d'invasion le plus profond. Les definitions des stades plus avances restent inchangees: Tumeur limitee ala vulve ou au perinee, Stade II dont les dimensions ne depassent pas 2 em, et sans metastase ganglionnaire. Stade III T umeurs de toutes tailles avec : i. invasion de l'uretre, du vagin ou de l'anus, ou ii. metastase unilaterale regionale des gang lions lymphatiques (N 1). Stade IVA T umeurs atteignant n'importe quel des organes suivants: uretre superieur, muqueuse de la vessie, muqueuse du rectum, os pelvien, ou metastases bilaterales regionales des ganglions lymphatiques (Nz).

JOURNAL SOGC

1185

DECEMBRE 1995

1995;17:1183-5