Onycholyse secondaire à un traitement par docétaxel

Onycholyse secondaire à un traitement par docétaxel

Communicationsaffichdes 183 S Communication affichOe 188 Pleuropdricardite attribuable b la bromocriptine V. Ciubotaru 1, Y. Poinsignon 1, F. Brune...

111KB Sizes 4 Downloads 170 Views

Communicationsaffichdes

183 S

Communication affichOe 188

Pleuropdricardite attribuable b la bromocriptine V. Ciubotaru 1, Y. Poinsignon 1, F. Brunet-Bourgin 2, M. Mestassi 3, D. Rosenbaum4, D. Guilhem-Germain5 Un homme de 72 arts est hospitalis6 en novembre 2001 pour insuffisance cardiaque droite. I1 est trait6 pour une rnaladie de Parkinson depuis 1994 par 16vodopa, associ6 en 1996 h la bromocriptine (40 mg/j). L'bistoire r6cente d6bute en octobre 2001 par une p6ricardite banale. Considdrde comme virale, elle est trait6e par aspirine. L'6volution d6favorable impose la r6-hospitalisation. On observe un tableau clinique complet d'insuffisance cardiaque droite associ6 ~t une discr&e confusion. La radiographie de thorax confirme la cardiom6galie et r6v~le un 6panchement pleural droit. L'6chocardiographie confirme la persistance du minime 6panchement mais r6v~le l'6paississemerit du p6ricarde et 1'augmentation de la pression art6rielle pulmonaire systolique (PAPS). Le cathdt6risme droit mesure celleci ~t 50 mmHg avec aspect de dip plateau. L'6volurion sous diur6tique est d6favorable. L' absence de tamponnade et l'instabilit6 du patient conduisent le chirurgien thoracique ~tr6cuser l'indication d'une p6ricardectomie. Une corticoth6rapie est instanr6e. Confusion, hallucinations et agitation imposent l'arr& de tout

traitement per os ~ partir de mi-d6cembre. Une ponction pleurale droite 6vacue 2 litres d'un transsudat. Apr~s un s6jour en r6animarion pour pneumonie d'inhalation, seul le traitement par 16vodopa est repris, secondairement associ6 5 la clozapine. L'6volution est ensuite favorable. D6but janvier 2002, la PAPS est normalis6e. En f6vrier, le p6ricarde demeure 6paissi, mais il n'y plus aucun 6panchement ni p&icardique, ni pleural. La bromocriptine est un d6riv6 de l'ergot de seigle. Elle est urilisde darts la maladie de Parkinson pour son activit6 dopaminergique depuis le d6bnt des ann6es 1980. Des fibroses pleurales d~s 1981 puis r6trop6riton6ales depuis 1986 ont 6t6 rapport6es, Trois cas de p6ricardites constricrives associ6es ~tdes pleur6sies ont 6t6 publi6s en 1999. La reconnaissance pr6coce de ces effets secondaires majeurs peut pr6venir le recours ?~la chirurgie et la rechute en cas de r6introduction du traitement. 1service do m6decine interne, 2service de neurologie, 3service de cardiologie, 4service de r6animation, CH Bretagne-Atlantique, BP 70555, 56017 Vannes cedex ; 5pPharmacovigilance, laboratoire Pharma-Novartis, BP 308, 92506 Rueii-Malmaison cedex, France

Communication affich6e 189

Onycholyse secondaire b un traitement par docdtaxel E. Marijon, A. Grasland, M. Grandjean, d. Pouchot, P. Vinceneux

Le doc6taxel (Taxot~re ®) est un poison du fusean de la classe des taxo'ides, mis sur le march6 en 1996 et indiqu6 en deuxi~me ligne de chimioth6rapie dans le cancer du sein et le cancer bronchique non h petites cellules. Une femme de 64 ans pr6sentant un cancer du sein m6tastas6 est trait6e par du doc6taxel en monoth6rapie (100 rag/m2/ 3 semaines). Une fragilit6 ungu6ale est not6e au bout de 2 cures. Apr~s 3 cures, apparaissent des douleurs de la pulpe des doigts et des paronychies douloureuses. Aprbs 5 cures, apparait une onycholyse douloureuse de tousles doigts des mains. Les ongles des pieds sent respect6s. Les effets ind6sirables du doc6taxel sent nombreux, Mmatologiques, digesrifs, neurologiques, cardiaques, et parfois s6v~res. Des ph6nom~nes d'alop6cie, d'hypersensibilit6, d'~ed~me, de r6tention hydrique et des atteintes cutan6es sent aussi d6crits. Les manifestations cutan6es repr6sentent en fr6quence la deuxibme cat6gotie d'effets secondaires, apr~s les effets h6matologiques, et touchent environ 60 % des patients. Les sympt6mes sent varids, 6rythbme maculopapuleux, pmrit, s6cheresse cutan6e. Ils pr6dominent aux mains et aux pieds. Ils peuvent survenir d~s la premitre semaine de traitement et disparaissent en g6n6ral avant la

cure suivante. Des alt6rarions des phan6res sent aussi possibles. Les anomalies ungu6ales les plus fr6quentes sent des hypo- ou hyperpigmentations des ongles, l'apparition d'ongles jaunes, de stries transversales (Beau-Reil lines), de trouble de la pousse. Plus rarement, sent signal6es des h6mon'agies sous-ungu6ales, des douleurs ungu6ales, parfois associ6es ~ un aspect rouge et douloureux des pulpes des doigts et des p6rionyxis. Des onycholyses surviendraient dans 2 ~t 3 % des cas. Ces atteintes ungu6ales sent dose-d6pendantes et surviennent en g6n6ral apr~s 2 ou 3 cures. Des anomalies similaires ont 6t6 d6crites plus r6cernment avec un autre taxoi'de, le paclitaxel (Taxol®). Dans la majorit6 des cas, ces atteintes ungudales n'imposent pas l'arr& du traitement. M~me si ces anomalies sent b6nignes, elles m6ritent d'gtre connues pour permettre une meilleure information des patients. Aucune mesure pr6ventive n'est disponible. Les inhibiteurs de la cyclooxyg6nase 2 semblent am61iorer les sympt6mes et l'administration bebdomadaire de doc6taxel (35 mg/m2) serait moins toxique darts le cancer du sein que l'administrationselon le sch6ma habituel (100 rag/m2/3 semaines). Service de m~decine interne V, hOpital Louis-Mourier, 178, rue dos Renouillers, 92700 Colombes, France

Rev M6d Interne 2002 ; 23 Suppl 1