Poumon et VIH

Poumon et VIH

A242 22e congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lyon, 26—28 janvier 2018 544 Apport de l’itraconazole dans le traitement des aspergillomes ...

58KB Sizes 2 Downloads 66 Views

A242

22e congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lyon, 26—28 janvier 2018

544

Apport de l’itraconazole dans le traitement des aspergillomes inopérables K. Chaanoun ∗ , N. Zaghba , H. Benjelloun , N. Yassine CHU Ibn Rochd de Casablanca, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (K. Chaanoun) Introduction Le traitement radical des aspergillomes pulmonaires est la résection chirurgicale. Chez les patients présentant une contre-indication chirurgicale, un traitement à base d’Itraconazole ® (Sporanox ) à visée palliative est indiqué. Méthodes Nous rapportons une étude rétrospective portant sur 30 cas d’aspergillomes pulmonaires inopérables traités par Itraconazole. Résultats Il s’agit de 18 hommes et 12 femmes, dont la moyenne d’âge est de 34 ans. Tous nos patients étaient traités pour une tuberculose pulmonaire avec une ancienneté allant de trois à 15 ans. La symptomatologie clinique était dominée par l’hémoptysie dans 22 cas et la suppuration bronchique dans huit cas. À l’imagerie thoracique, l’atteinte était bilatérale dans 26 cas. L’image en grelot était retrouvée dans 18 cas. La sérologie aspergillaire était positive dans tous les cas. La bronchoscopie réalisée chez tous les patients montrait un saignement dans 17 cas. La culture sur milieu de Sabouraud du liquide d’aspiration bronchique était positive dans 14 cas. L’exploration fonctionnelle respiratoire notait un syndrome mixte sévère dans 23 cas et un syndrome obstructif sévère dans sept cas, contre indiquant la chirurgie. Le traitement médical à base d’itraconazole durant en moyenne six mois était indiqué devant les hémoptysies et les suppurations bronchiques répétées et la contre-indication de la chirurgie. L’évolution était marquée par une nette amélioration clinique avec disparition de l’hémoptysie et du syndrome de suppuration bronchique chez tous les patients avec diminution de la valeur de la sérologie aspergillaire. Conclusion Nous insistions à travers cette étude sur l’intérêt de l’itraconazole dans le traitement médical des aspergillomes inopérables. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmr.2017.10.556 545

Poumon et VIH H. Arfaoui ∗ , H. Jabri , W. Elkhattabi , H. Afif Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Arfaoui) Introduction La prise en charge des patients atteints de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est complexe. Notre travail a pour but de déterminer le nombre de cas confirmés chez des patients suspects d’infection à VIH présentant des infections respiratoires. Méthodes Nous avons mené une étude rétrospective de janvier 1997 à juillet 2017. Sur 342 patients suspects d’infection à VIH et chez lesquels on a demandé une sérologie VIH, nous avons colligé 15 patients, soit 3,5 % des cas. Résultats La moyenne d’âge était de 37 ans avec un sex-ratio à 1. Le délai était de 2 mois et demi entre le début de symptômes respiratoires et extra-respiratoires et le diagnostic des pathologies respiratoires. La dyspnée a été notée dans 10 cas et la fièvre dans tous les cas. La désaturation à l’air ambiant était présente dans tous les cas. L’imagerie thoracique a objectivé un syndrome alvéolaire dans 8 cas. La tuberculose a été confirmée dans 6 cas et la pneumocystose dans 9 cas. L’hémogramme sanguin a montré une anémie dans tous les cas avec une moyenne de taux d’hémoglobine

à 10,2 g/dL. Les patients ont été transférés au service de maladies infectieuses pour le suivi de l’infection virale. La zidovudine a été exclue du schéma thérapeutique au début du traitement antirétroviral vu l’interaction avec les antibacillaires. Cinq patients sont décédés par insuffisance respiratoire aiguë. Conclusion La prise en charge thérapeutique, des infections respiratoires chez les patients atteints par le VIH, reste complexe. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmr.2017.10.557 546

Aspergillose pulmonaire invasive compliquant les leucémies aiguës myéloblastiques H. Jabri , H. Arfaoui ∗ , W. Elkhattabi , H. Afif Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Arfaoui) Introduction L’aspergillose pulmonaire invasive (API) est une complication fréquente survenant le plus souvent chez les patients atteints de leucémie aiguë myéloblastique ou lymphoblastique. Son incidence peut être estimée entre 5 et 24 % des patients atteints de leucémie aiguë. Méthodes Nous rapportons 15 cas d’aspergillose invasive compliquant une leucémie aiguë myéloïde sous chimiothérapie. Résultats La moyenne d’âge était de 43 ans (18—58 ans), répartie entre 9 hommes et 6 femmes. Nos patients ont été hospitalisés pour une symptomatologie respiratoire (les douleurs thoraciques dans 5 cas, la dyspnée et la toux sèche dans 2 cas chacune), associée à une kératite filamenteuse bilatérale d’origine fongique, une infection de l’orbite droite et une nécrose nasale dans un cas chacune. La TDM thoracique a objectivé des nodules pulmonaires diffus bilatéraux dans 3 cas, foyers de condensations pulmonaires dans 5 cas, des excavations avec du verre dépoli dans 3 cas. Le LBA a objectivé des filaments mycéliens dans 13,3 %. L’antigénémie aspergillaire était positive dans 9 cas (60 %), négative dans 3 cas (20 %) et non faite dans 3 cas (20 %). La sérologie aspergillaire était positive dans un seul cas (6,7 %), négative dans 6 cas (40 %) et non faite dans 8 cas (53,3 %). Le traitement était à base d’antifongiques. L’évolution était marquée par une amélioration clinique dans 10 cas, la régression des nodules dans 2 cas et le décès dans 3 cas. Conclusion À travers cette étude, nous insistons sur l’importance de la prévention de l’aspergillose invasive en milieu hospitalier qui repose sur les règles strictes d’hygiène et d’isolement des patients les plus à risque. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmr.2017.10.558 547

Aspergillomes pulmonaires N. Zaghba ∗ , H. Benjelloun , N. Yassine CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (N. Zaghba) Introduction L’aspergillome pulmonaire est une mycose due au développement d’un amas de filaments mycéliens dans une cavité préexistante d’origine le plus souvent tuberculeuse. Méthodes Le but de notre étude est de déterminer les caractéristiques épidémiologiques, cliniques et paracliniques des aspergillomes pulmonaires à travers une étude rétrospective portant sur 102 cas colligés au service des maladies respiratoires de janvier 2003 à décembre 2016.