Reprise du travail après cancer chez le personnel de soins

Reprise du travail après cancer chez le personnel de soins

Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement 2016;77:499-514 me´sothe´liomes pleuraux est de l’ordre de 50 %, avec des variations re´g...

298KB Sizes 1 Downloads 134 Views

Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement 2016;77:499-514 me´sothe´liomes pleuraux est de l’ordre de 50 %, avec des variations re´gionales importantes. Parmi les 127 cas des populations cibles des enqueˆtes, 67 ont e´te´ enqueˆte´s et ont be´ne´ficie´ d’une expertise des expositions professionnelles. Pour les cas non enqueˆte´s, le principal motif e´tait le de´ce`s (50 %). L’expertise a identifie´ une exposition professionnelle ave´re´e a` l’amiante pour 16 cas. Les analyses des expositions non professionnelles des 51 autres cas seront pre´sente´es, notamment les expositions environnementales de´termine´es par la distance des lieux de vie des patients a` des sources d’exposition d’amiante. Conclusion Le dispositif est fonctionnel mais encore insuffisamment exhaustif. Les me´decins sont appele´s a` participer activement a` la DO pour ame´liorer l’exhaustivite´ et la re´activite´ du dispositif, essentiels pour une connaissance non biaise´e des expositions. La participation des me´decins du travail et des consultations de pathologies professionnelles pourrait permettre d’augmenter l’exhaustivite´ et la qualite´ des donne´es sur l’exposition a` l’amiante chez les sujets jeunes. Dans la perspective d’une ge´ne´ralisation des enqueˆtes d’exposition a` toutes les re´gions franc¸aises, l’apport de la DO au futur dispositif national de surveillance des me´sothe´liomes sera essentiel. Mots cle´s Me´sothe´liomes ; Surveillance ; Expositions ; Amiante De´claration de liens d’inte´reˆts Les auteurs de´clarent ne pas avoir de liens d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2016.03.353 T7-P232

Recherche d’indices professionnels chez des patients porteurs d’he´mopathie maligne au service d’he´matologie clinique du CHU de Yopougon a` Abidjan Chimene Pulcherie Guiegui*, Yao Mathias Kouassi, Irel Narcisse Arnaud Aka, Sangah Barthelemy Wognin, Aime Francois Tchicaya, Linda Affoue Melissa N’guessan, Jean-Sylvain Bonny CHU Yopougon Abidjan, Abidjan, Coˆte D’ivoire *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (C.P. Guiegui) Introduction Les he´mopathies malignes sont des affections graves de mauvais pronostic. Leur pre´valence en milieu professionnel en Coˆte d’Ivoire est non documente´e. Objectif Rechercher des indices professionnels chez des patients porteurs d’he´mopathie maligne en milieu hospitalier. Mate´riel et me´thode Une e´tude transversale descriptive a e´te´ conduite de janvier a` juin 2015 chez des travailleurs souffrant d’he´mopathie maligne, pris en charge au service d’he´matologie clinique du CHU de Yopougon, Abidjan. Re´sultats L’e´tude a porte´ sur 40 travailleurs porteurs d’he´mopathie maligne dont 31 hommes (77,5 %). Les trois-quarts de l’effectif avaient au moins 40 ans. Au rang des principales he´mopathies diagnostique´es figuraient les leuce´mies mye´loı¨des chroniques 14 cas (35 %) et les lymphomes malins non hodgkiniens 10 cas (25 %). Environ la moitie´ (47,5 %) des patients exerc¸aient dans l’agriculture et 10 % dans la pe´trochimie. Au titre des expositions, 19 sujets e´taient expose´s aux pesticides, 18 aux hydrocarbures benze´niques et 3 aux radiations ionisantes. La majorite´ des travailleurs (65 %) ne portaient aucun e´quipement individuel de protection. A` partir des 40 dossiers analyse´s, 34 affections ont e´te´ identifie´es comme des maladies professionnelles. Discussion La nette repre´sentation du milieu agricole et l’exposition subse´quente aux pesticides constituent des indices de valeur, a` e´tayer dans ce pays a` forte main-d’œuvre agricole. En outre, les formes benze´niques et radiques observe´es sont justiciables d’une re´paration au titre. Conclusion La recherche de facteurs de risques professionnels lors de l’instruction des dossiers des patients atteints d’he´mopathies malignes devrait permettre une meilleure prise en charge me´dico-le´gale de ces affections.

508

Mots cle´s He´mopathie maligne ; Maladie professionnelle ; Agriculture ; Hydrocarbures benze´niques ; Radiations ionisantes De´claration de liens d’inte´reˆts Les auteurs de´clarent ne pas avoir de liens d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2016.03.354 T7-P233

E´tude de cancer du sein chez le personnel de soins de genre fe´minin Ines Rassas*, Souheil Chatti, Aiicha Braham, Maher Maoua, Wided Boughattas, Houda Kalboussi, Olfa El Maalel, Faten Debbabi, Nejib Mrizak CHU Farhat Hached, Sousse, Tunisie *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Rassas) Introduction Le milieu de soins expose ses travailleurs a` un ensemble de risques dont certains sont potentiellement cance´roge`nes. De nombreuses e´tudes ont objective´ un risque e´leve´ de cancer du sein chez les femmes exerc¸ant dans ce secteur. Objectifs Estimer l’incidence de cancer du sein et identifier les facteurs de risque de ce cancer chez le personnel de soins de genre fe´minin. Mate´riels et me´thodes E´tude descriptive re´trospective aupre`s du personnel de soins affilie´ au secteur public aux gouvernorats de Sousse et de Monastir (Tunisie), dont le diagnostic de cancer a e´te´ porte´ entre 2005 et 2013. Re´sultats Soixante-deux cas de cancers, tout type confondu, ont e´te´ collige´s. Le cancer du sein a e´te´ recense´ dans 29 cas (46,7 %), soit une incidence annuelle de 81 cas/100 000 personnels fe´minins. L’aˆge moyen de de´couverte a e´te´ de 48,69  5,27 ans. Plus de la moitie´ (51,7 %) des patientes avaient des ante´ce´dents familiaux de premier degre´ de carcinomes mammaires. Des facteurs de risque lie´s au terrain (ste´rilite´, mastopathies. . .) ont e´te´ retrouve´s dans 44,8 % des cas. 58,6 % des patientes appartenaient a` la cate´gorie des infirmie`res et des aides-soignantes. Les principales expositions professionnelles ayant un potentiel cance´roge`ne ave´re´ et/ou suspecte´ pour le sein e´taient les RI, le travail poste´/de nuit et l’oxyde d’e´thyle`ne. Discussion-Conclusions Nous avons retrouve´ une incidence annuelle de cancer du sein qui de´passe de loin celle de la population ge´ne´rale tunisienne. Bien que cette diffe´rence puisse eˆtre lie´e en partie a` des biais de se´lection, une hausse re´elle du risque chez le personnel de soins, en rapport avec certaines expositions professionnelles, ne peut eˆtre e´limine´e. Certains facteurs ont e´te´ incrimine´s notamment le travail de nuit, l’oxyde d’e´thyle`ne, les RI, les cytostatiques et certains solvants. Toutefois, les re´sultats sont encore controverse´s. Des e´tudes cible´es avec une e´valuation plus fine des expositions seront d’un grand inte´reˆt pour pouvoir se prononcer sur la re´alite´ du risque chez le personnel de soins, afin de pouvoir mettre en place des mesures pre´ventives ade´quates. Mots cle´s Cancer du sein ; Personnel de soins ; Facteur de risque De´claration de liens d’inte´reˆts Les auteurs de´clarent ne pas avoir de liens d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2016.03.355 T7-P234

Reprise du travail apre`s cancer chez le personnel de soins Ines Rassas1,*, Souheil Chatti2, Maher Maoua2, Aiicha Braham2, Amira Omrane1, Olfa El Maalel2, Mohamed Akrout1, Nejib Mrizak2 1 EPS Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie 2 CHU Farhat Hached, Sousse, Tunisie *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Rassas) Introduction Le retour au travail apre`s cancer est un cap important dans le processus de reconstruction et de re´insertion des patients. De ce fait, il est

Posters indispensable de se pre´occuper des enjeux de l’apre`s cancer pour toute victime active sur le plan professionnel. Objectif E´tudier la reprise du travail chez le personnel de soins atteint de cancer. Mate´riels et me´thodes E´tude descriptive re´trospective sur neuf ans, aupre`s du personnel de soins du secteur public de la re´gion du centre tunisien, atteint de pathologie cance´reuse. L’enqueˆte est base´e sur un questionnaire portant sur les caracte´ristiques socioprofessionnelles, les donne´es me´dicales et le devenir professionnel des patients. Re´sultats Soixante-deux cas de cancers ont e´te´ collige´s, soit une incidence de 103 cas/100 000 personnels/an, avec une nette pre´dominance fe´minine et un aˆge moyen au moment du diagnostic de 44,74  5,83 ans. Le cancer du sein e´tait la localisation la plus fre´quente (46,8 %), suivi par les localisations digestives (16,2 %), broncho-pulmonaires (9,7 %) et he´matopoı¨e´tiques (8 %). Tout le personnel de soins a be´ne´ficie´ d’un arreˆt initial de travail dont la dure´e moyenne e´tait de 289,73  113,11 jours, tout type de cancer confondu. Deux ans apre`s le diagnostic, le taux global de reprise du travail e´tait de 83,8 %. Ce taux variait en fonction de l’aˆge et de la localisation cance´reuse. Dans notre e´tude, 13,4 % des personnels ayant repris leur travail, ont be´ne´ficie´ d’un reclassement professionnel, alors que 82,7 % ont garde´ leur meˆme poste plus ou moins ame´nage´. Conclusions La reprise du travail apre`s une pe´riode d’arreˆt souvent de longue dure´e, est sujette a` de nombreuses contraintes en rapport essentiellement avec les limitations fonctionnelles et psychologiques cause´es par la maladie. Faciliter la re´inte´gration socioprofessionnelle des cance´reux et lutter contre la discrimination en milieu de travail font partie inte´grante de la prise en charge globale des cance´reux professionnellement actifs. Mots cle´s Cancer ; Reprise de travail ; Personnel de soins De´claration de liens d’inte´reˆts Les auteurs de´clarent ne pas avoir de liens d’inte´reˆts.

professionnelle est estime´e a` partir du croisement des matrices emploisexpositions et d’un e´chantillon d’histoires professionnelles repre´sentatif de la population franc¸aise. Le nombre de cas attribuable a e´te´ calcule´ pour chacune des pathologies et compare´ au nombre de cas de reconnaissance en maladie professionnelle lorsque cela e´tait possible. Re´sultats Les re´sultats obtenus pour chacune des 4 nuisances seront pre´sente´s. Pour exemple, au total, le nombre de cas (me´sothe´liome pleural, cancer du poumon, larynx et ovaire) attribuable a` une exposition professionnelle a` l’amiante est estime´, en 2012, entre 2439 et 6184 chez les hommes et entre 250 et 437 chez les femmes; ainsi, 7,7 % a` 19,4 % des cas de ces cancers seraient attribuables a` une exposition professionnelle a` l’amiante chez les hommes et 1,5 % a` 2,6 % chez les femmes. Par ailleurs, on note une sousre´paration : – notable pour les pathologies pour lesquelles un tableau de maladie professionnelle existe (i.e. cancer du poumon en lien avec une exposition a` la silice) ; – totale pour les pathologies pour lesquelles il n’existe pas de tableau a` ce jour, et ce, alors meˆme que le lien avec une exposition professionnelle est ave´re´ (i.e. cancer du larynx et exposition a` l’amiante). Conclusion Nonobstant les limites me´thodologiques inhe´rentes a` cet exercice, ces estimations sont importantes pour ame´liorer les connaissances en sante´ travail et en sante´ publique. Elles confirment le poids conside´rable des expositions professionnelles dans la survenue de certains cancers dans la population franc¸aise et par la` meˆme l’importance de la sous-re´paration des pathologies qui leur sont attribuables. Mots cle´s Part attribuable ; Cancers professionnels ; Cance´roge`nes ; Re´paration De´claration de liens d’inte´reˆts Les auteurs de´clarent ne pas avoir de liens d’inte´reˆts. http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2016.03.357

http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2016.03.356 T7-P236 T7-P235

Estimation de parts de cancers attribuables a` certaines expositions professionnelles en France – Utilisation des matrices emplois-expositions de´veloppe´es dans le cadre du programme Matge´ne´ Anabelle Gilg Soit Ilg1,*, Marie Houot1, Corinne Pilorget2, Ellen Imbernon1 1 Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice cedex, France 2 Universite´ Lyon 1, unite´ mixte de recherche e´pide´miologique et de surveillance transport, travail, environnement (UMRESTTE), Lyon, France *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Gilg Soit Ilg) Contexte Le poids des pathologies d’origine professionnelle, pour la plupart non-spe´cifiques, est important en France et pourtant, on ne dispose que de peu de travaux franc¸ais re´cents permettant de l’objectiver quantitativement. C’est dans ce contexte que des outils spe´cifiques a` la situation franc¸aise ont e´te´ de´veloppe´s, au travers du programme Matge´ne´, afin d’e´valuer les expositions professionnelles aux cance´roge`nes et l’impact de ces dernie`res sur la sante´ de la population. Objectifs La pre´sente e´tude illustre l’utilisation de ces outils pour quantifier, selon deux sce´narii, la part de certains cancers attribuable a` une exposition professionnelle a` quatre cance´roge`nes classe´s groupe 1 par le Circ : l’amiante, la silice, le benze`ne et le trichlore´thyle`ne. Ce travail donne e´galement une estimation du taux de re´paration en maladie professionnelle. Me´thodes La part attribuable a e´te´ calcule´e a` partir de la formule de Levin. Les risques relatifs sont issus de la litte´rature scientifique nationale et internationale et la pre´valence de l’exposition sur l’ensemble de la vie

Patients atteints d’un cancer des voies urinaires et poly-expositions aux cance´roge`nes en milieu professionnel : quelques re´sultats de l’enqueˆte permanente du GISCOP93 Flaviene Lanna1,*, Jean-Michel Sterdyniak2, Emmanuel Van Glabeke3 1 Universite´ Paris 13/GISCOP93, Bobigny, France 2 AMET, Rosny-Sous-Bois, France 3 Fe´de´ration d’urologie de Seine-Saint-Denis, Aulnay-Sous-Bois, France *Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (F. Lanna) Le groupement d’inte´reˆt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle en Seine-Saint-Denis (GISCOP93) me`ne depuis 2002 une enqueˆte permanente aupre`s de patients re´sidant en Seine-Saint-Denis et nouvellement diagnostique´s pour un cancer. Depuis 2012, le GISCOP93 collabore avec la Fe´de´ration d’urologie de Seine-Saint-Denis pour le recrutement de patients atteints de cancers des voies urinaires. La me´thodologie du GISCOP93 consiste a` reconstituer au cours d’un entretien approfondi le parcours professionnel des patients en acce´dant a` l’activite´ re´elle de travail. Ces parcours sont ensuite analyse´s par un groupe d’experts constitue´ de me´decins du travail, de toxicologues, de chimistes, d’inge´nieurs de Caisses re´gionales d’assurance maladie, de de´le´gue´s des comite´s d’hygie`ne, de se´curite´ et des conditions de travail (CHSCT) qui identifient et caracte´risent les expositions a` des substances cance´roge`nes. Cette communication concerne les parcours professionnels des 66 patients atteints de cancer des voies urinaires pre´sents dans la base de donne´es du GISCOP93 en octobre 2015. A` partir d’une analyse qualitative des parcours et des expositions aux cance´roge`nes trouve´es par les experts, nous mettrons en e´vidence l’importante poly-exposition a` laquelle les patients sont et ont e´te´

509