Retard diagnostique des cancers broncho-pulmonaires

Retard diagnostique des cancers broncho-pulmonaires

21e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Marseille, 27—29 janvier 2017 153 Métastases pleuro-pulmonaires des cancers gynéco-mammaires chez ...

49KB Sizes 0 Downloads 26 Views

21e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Marseille, 27—29 janvier 2017 153

Métastases pleuro-pulmonaires des cancers gynéco-mammaires chez la femme K. El Hachimi ∗ , N. Zaghba , H. Benjelloun , N. Yassine CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (K. El Hachimi) Introduction Les métastases pleuro-pulmonaires (MPP) surviennent chez 30 à 50 % des patients atteints de cancers connus. Certaines sont spécifiques de la femme. Méthodes Le but de notre travail est d’étudier les particularités des MPP des cancers gynéco-mammaires chez la femme. Notre étude a concerné 30 patientes admises au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre janvier 2013 et décembre 2015. Résultats La moyenne d’âge des patientes était de 52 ans Le néoprimitif était connu et traité chez toutes nos patientes. Il s’agissait d’un cancer du sein dans 17 cas, cancer du col de l’utérus dans cinq cas, cancer de l’ovaire dans quatre cas, cancer de l’endomètre et de la vulve dans deux cas chacun. À l’imagerie thoracique, les métastases pleuro-pulmonaires du cancer du sein étaient représentées par un lâcher de ballons (14 %), des micronodules diffus (23 %) et une atteinte pleurale (78 %). Les métastases du cancer du col de l’utérus, de l’ovaire, de l’endomètre et de la vulve étaient représentées par une atteinte pleurale chez toutes les patientes. Conclusion Les tumeurs les plus fréquemment en cause des MPP chez la femme sont les cancers gynécologiques avec en tête le cancer du sein. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2016.10.166 154

Retard diagnostique des cancers broncho-pulmonaires A. Zegmout ∗ , A. Boucaid , H. Souhi , H. El Ouazzani , A. Rhorfi , A. Abid Service de pneumologie, hôpital militaire d’instruction Mohammed V Rabat, Rabat, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (A. Zegmout) Introduction Les cancers pulmonaires sont des cancers fréquents et de mauvais pronostic. Son diagnostic est le plus souvent tardif. L’objectif de cette étude était d’évaluer différents délais de prise en charge des patients porteurs d’un cancer thoracique quelle que soit sa prise en charge thérapeutique. Méthodes Étude prospective portant sur les cas de cancers broncho-pulmonaires diagnostiqués du 1er janvier 2015 au 31 juin 2016 au service de pneumologie de l’HMIMV de Rabat. On a recueilli les différentes dates de prise en charge, et on a ainsi défini : le délai pré-hospitalier (1er symptôme-admission à l’hôpital) ; le délai diagnostic (hospitalisation-confirmation du diagnostic) ; le délai thérapeutique (diagnostic-début de traitement) ; et le délai hospitalier (hospitalisation-traitement). Les analyses statistiques des délais réalisées en utilisant les tests non-paramétriques de Wilcoxon et Kruskal-Wallis. Un p < 0,05 était significatif. Résultats Au total, 103 patients colligés durant la période d’étude. Quatre-vingt-quatorze pour cent des hommes, l’âge moyen = 58,21 ans, le tabagisme était retrouvé dans 72,9 %. La biopsie scanno-guidée permettait le diagnostic dans 40 % des cas et la biopsie bronchique dans 32,9 % Les principaux types anatomopathologiques étaient les adénocarcinomes (58,6 %), les carcinomes épidermoïdes (20 %), carcinome à grande cellules (1,4 %) et cancers à petites cellules (11,4 %). Les stades III et IV représentaient 91,56 % des cas, le stade II (3,33 %) et stade I (5 %). Quarante-six pour cent

A79

des patients étaient traités par chimiothérapie seule et 20 % un traitement associant radiothérapie et chimiothérapie, 10 patients étaient opéré et un traitement palliatif était prescrit chez 7,14 % des cas. Le délai médian pré-hospitalier = 60 jours (30—90). Le délai diagnostique = 25 jours (9—36), il était significativement plus long chez les patients de bas niveau socioéconomique (p = 0,03). Le délai thérapeutique = 27 jours (17—40) et était plus court pour les CPC que pour les CPNPC (p = 0,02). Le délai hospitalier = 46 jours (17—40) et était significativement plus court pour les stades IIIB et IV (p = 0,03). Il existait une tendance à des délais plus courts dans le cas où le diagnostic est confirmé par biopsie bronchique par rapport à la biopsie transpariétale, celle-ci est réalisée si la bronchoscopie est négative. Conclusion Les résultats de notre étude confirment le problème du retard du diagnostic du cancer du poumon. La question de l’influence des délais sur le pronostic n’est pas démontrée et nécessite d’autres études. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2016.10.167 155

Variation du profil histologique du cancer du poumon durant les 25 dernières années dans un service de pneumologie à Tunis E. Ben Jemia , H. Kamoun ∗ , S. Louhaichi , H. Smadhi , D. Greb , I. Akrout , H. Hassene , H. Ben Abdelghaffar , Y. Megdiche , L. Fekih , M.-L. Megdiche Service Ibn Nafiss, hôpital Abderrahmene Mami, Ariana, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Kamoun) Introduction Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquent dans monde. Il demeure de mauvais pronostique malgré les progrès scientifiques. Le type histologique permet de guider la conduite thérapeutique et de prédire le pronostique. Durant les dernières années, différentes études dans le monde ont noté une modification du profil histologique de ce cancer. Le but de notre travail est de comparer les caractéristiques générales des patients ayant un cancer du poumon sur une période de 25 ans et tracer la variation du type histologique durant cette période dans notre service. Méthodes Étude rétrospective incluant 339 patients admis au service de pneumologie Ibn Nafiss pour cancer broncho-pulmonaire durant les années 1991, 2001, 2010 et 2015. Résultats Nous avons inclus 339 patients dans cette étude. L’âge moyen était de 61 ans [30—92 ans] avec prédominance masculine (92 %). En 1991, 43 patients inclus étaient tous de sexe masculin vs. 57 patients en 2001 (53 hommes et 4 femmes) vs. 90 patients en 2010 (3 hommes et 7 femmes) vs. 149 patients en 2015 (132 hommes et 17 femmes). Le carcinome non à petites cellules (CNPC) représentait le type histologique prédominant (75 %). L’adénocarcinome occupe la 1re place durant les 5 dernières années avec 53 cas (58,9 %) en 2010 et 69 cas (46,3 %) en 2015 vs. 2 cas (4,7 %) en 1991 et 6 cas (10,5 %) en 2001. En revanche, le carcinome épidermoïde était prédominant en 1991 avec 14 patients (32,5 %) vs. 6 patients (10,5 %) en 2001 vs. 13 cas (14,4 %) en 2010 vs. 36 cas (24 %) en 2015. Le carcinome à petites cellules (CPC) était diagnostiqué chez 7 patients (16,2 %) en 1991 vs. 6 cas (10,5 %) en 2001 vs. 14 cas (15 %) en 2010 vs. 35 patients (23,5 %) en 2015. Conclusion À travers cette étude, on note l’apparition et l’augmentation de la fréquence du cancer du poumon chez la femme, ainsi que l’augmentation de la fréquence du carcinome à petites cellules avec une prédominance de l’adénocarcinome pulmonaire. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2016.10.168