Spécificités de l’entretien motivationnel dans le cadre d’une prise en charge cognitivocomportementale de la douleur chronique

Spécificités de l’entretien motivationnel dans le cadre d’une prise en charge cognitivocomportementale de la douleur chronique

Accepted Manuscript Title: Sp´ecificit´es de l’entretien motivationnel dans le cadre d’une prise en charge cognitivocomportementale de la douleur chro...

176KB Sizes 2 Downloads 119 Views

Accepted Manuscript Title: Sp´ecificit´es de l’entretien motivationnel dans le cadre d’une prise en charge cognitivocomportementale de la douleur chronique Author: C. Aguerre M. Bridou F. Laroche A. Csillik M. Jensen PII: DOI: Reference:

S0013-7006(14)00248-6 http://dx.doi.org/doi:10.1016/j.encep.2014.10.024 ENCEP 745

To appear in:

L’Encéphale

Received date: Accepted date:

19-10-2012 17-9-2013

Please cite this article as: Aguerre C, Bridou M, Laroche F, Csillik A, Jensen M, Sp´ecificit´es de l’entretien motivationnel dans le cadre d’une prise en charge cognitivocomportementale de la douleur chronique, L Encephale (2014), http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2014.10.024 This is a PDF file of an unedited manuscript that has been accepted for publication. As a service to our customers we are providing this early version of the manuscript. The manuscript will undergo copyediting, typesetting, and review of the resulting proof before it is published in its final form. Please note that during the production process errors may be discovered which could affect the content, and all legal disclaimers that apply to the journal pertain.

Thérapeutique

Spécificités de l’entretien motivationnel dans le cadre d’une prise en charge cognitivocomportementale de la douleur chronique

ip t

Specifications of motivational interviewing within a cognitive behavioral therapy of

cr

chronic pain

us

Titre court : Entretien motivationnel dans la prise en charge de la douleur

an

C. Aguerre1, M. Bridou1,2, F. Laroche3, A. Csillik4, & M. Jensen5

1

Ac ce pt e

d

M

EA 2114 « Psychologie des Âges de la Vie », Département de Psychologie, Université François Rabelais de Tours, 3, rue des Tanneurs, BP 4103, 37041 Tours cedex 1, France 2 Consultation pour la prise en charge de la douleur, Hôpital Bretonneau, Centre Hospitalier Régional et Université de Tours, 2, boulevard Tonnellé, 37044 Tours cedex 9, France 3 Unité fonctionnelle d’évaluation et de traitement de la douleur et soins palliatifs, Hôpital Saint-Antoine, Groupement Hospitalier Universitaire Est de Paris, 184, Rue du Faubourg Saint-Antoine, 75012 Paris 4 Multidisciplinary Pain Center, University of Washington Medical Center, Box 356540, 1959 NE Pacific Street, BB-1469, Seattle, WA 98195-6540, Etats unis 5

Département de Psychologie, Laboratoire de Psychologie Clinique EVACLIPSY, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex, France.

Coordonnées du premier auteur:

C. Aguerre Adresse électronique : [email protected] Téléphone : 02 47 36 65 85

Reçu le 19 Octobre 2012 Accepté le 17 Septembre 2013 1

Page 1 of 19

Résumé La prise en charge cognitivo-comportementale de la douleur chronique présente des résultats fort encourageants au regard des bienfaits à la fois physiques, fonctionnels et psychologiques qu’elle contribue à générer chez les patients en bénéficiant. Ce mode de

ip t

traitement non médicamenteux est en partie basé sur l’acquisition de nouvelles stratégies adaptatives visant à aider les patients à gérer plus efficacement leurs douleurs. Or, de

cr

nombreux échecs thérapeutiques sont directement imputables aux difficultés à initier et faire

us

perdurer les changements indispensables à la poursuite des objectifs thérapeutiques fixés. La disposition au changement pourrait jouer à ce titre un rôle considérable dans la

an

réussite ou non de la prise en charge. L’objectif principal de cet article est donc de présenter les données de la littérature actuelle portant sur les spécificités du processus de changement

M

dans le champ de la douleur chronique. Nous décrivons dans un premier temps, le cheminement psychologique emprunté par les patients douloureux chroniques aspirant à

d

mieux gérer leur souffrance via le modèle transthéorique du changement intentionnel. Dans

Ac ce pt e

un second temps, nous développons les apports de la technique de l’entretien motivationnel dans l’amélioration de la prise en charge de la douleur chronique. Mots-clefs :

Douleur

chronique ;

Thérapie

cognitivo-comportementale ;

Entretien

motivationnel ; Disposition au changement.

1 Page 2 of 19

Abstract Objectives: Cognitive and behavioral approach of chronic pain presents encouraging results by improving physical, functional and psychological states of chronic pain patients. This specific treatment is partially based on the acquisition of new adaptive strategies to help

ip t

the patients to manage more effectively chronic pain and to improve subsequently their subjective well-being. This requires in parallel to give up noxious emotional, cognitive and

cr

behavioral attitudes towards pain. Now, we have to admit that numerous therapeutic failures

us

are directly imputable to difficulties introducing and making the indispensable changes continue in pursuit of the fixed therapeutic objectives. Readiness to change could play a

an

considerable role in the success or not of chronic pain treatment. The main objective of this

of change in the field of the chronic pain.

M

article is to present the data of the current literature concerning the specificities of the process

Methods: We present a review of the literature describing at first, the psychological

d

progress made by chronic pain patients longing to manage their suffering better via the trans-

Ac ce pt e

theoretical model of intentional change. Secondly, we develop the contributions of the technique of motivational interviewing in the improvement of chronic pain treatment. Discussion: The identification of the motivational profile of chronic pain patients will

determine how motivational interviewing can be conducted to improve their readiness for change. There are several strategies used with chronic pain patients in pre-contemplative and contemplative stages. Therapists may facilitate the problem recognition (help chronic pain patients to become aware of and identify the nature of the difficulties they face when trying to cope with their physical suffering); increase the personal concern (empowering chronic pain patients so that they feel fully involved in what they offer and invest in the therapy); develop the intention of change (ensure that the change becomes truly intentional); cultivate optimism (to help chronic pain patients to consider the present situation as being less desperate than it

2 Page 3 of 19

seems); ask open-ended questions (The direct questioning can be used to specify a request or reveal ambivalence about change); present personal feedback (The therapist provides the patient with a maximum of information that may help to appreciate the true value of the effectiveness of their current management of pain); review consequences of change versus

ip t

non change (to review the plausible positive (pros) and negative (cons) consequences of change); and summarizing (to summarize the key points discussed during the interview).

cr

In the active stage, therapists may use other strategies like: developing a plan for

us

change (to suggest the adoption of certain coping strategies with pain); providing information advice (provide information advice in order to help chronic pain patients to determine how

an

they will take concrete steps to initiate change); and using a change plan worksheet (help chronic pain patients to develop a synthetic view of the change process they will undertake).

M

Conclusion: The various strategies discussed in this article are intended to accompany chronic pain patients to a process of change to help them consider a fundamental change in

d

their ways of managing pain, when they are insufficient, ineffective and/or unintentionally

Ac ce pt e

aggravate their situation. It is important to help chronic pain patients to become aware of the nature of the adaptive problems they face, but also opportunities for change that are offered in order to encourage them to manage more efficiently and more autonomously their physical and mental suffering. In this context of openness to change, motivational interviewing can be an invaluable help to build a good therapeutic alliance in order to maximize the impact of supported global and multidimensional chronic pain by including a cognitive-behavioral approach for example.

Keywords: Chronic pain; Cognitive-Behavioral Therapy; Motivational Interviewing; Readiness to change.

3 Page 4 of 19

La disposition au changement des douloureux chroniques : une question cruciale d’un point de vue thérapeutique

Les programmes psycho-éducatifs et psychothérapeutiques standardisés basés sur des

ip t

approches cognitivo-comportementales visant à apprendre aux patients douloureux chroniques à mieux gérer leur état de santé physique et psychologique sont proposés depuis

cr

une trentaine d’années à titre de traitement adjuvant1. Plusieurs résultats d’études attestent des

us

effets positifs de ces prises en charge multimodales sur l’intensité douloureuse, mais aussi sur les capacités fonctionnelles et l’humeur des personnes auxquelles elles sont destinées [1-2].

an

Malgré des résultats très encourageants, il semble que l’efficacité de ces dernières soit très

M

variable d’un individu à l’autre, notamment sur le maintien des gains thérapeutiques à long terme [3-4]. Cette efficacité relative de ces approches peut être mise en lien avec l’existence

d

de freins au changement d’origine et de nature diverses.

Ac ce pt e

La présence de bénéfices secondaires peut par exemple dissuader les individus de changer certains aspects de leur mode de vie habituel [5]. Le fait d’avoir essuyé par le passé de multiples échecs thérapeutiques et déceptions s’y rapportant peut également compromettre l’engagement vers tous les nouveaux traitements proposés [6]. Par ailleurs, un manque de contrôle ressenti face à certaines douleurs intenses et imprévisibles peut prédisposer à ressentir de profonds sentiments d’impuissance peu propices au changement [7]. En somme, ce qui semble souvent poser problème, c’est la difficulté que rencontrent

certains patients douloureux chroniques à adopter une attitude plus responsable envers leurs souffrances en s’impliquant davantage dans les traitements qui leur sont proposés [3, 8-11]. Aussi, il s’avère important sur le plan clinique de motiver les patients douloureux chroniques pour les amener à s’engager de façon effective dans les programmes d’auto-gestion de la 1

En complément notamment des traitements médicamenteux classiques (antalgiques, myorelaxants, anxiolytiques ou antidépresseurs, etc…).

4 Page 5 of 19

douleur.

ip t

Spécificités du cheminement psychologique des patients douloureux chroniques aspirant à mieux gérer leurs souffrances physiques

us

cr

Les stades de changement ou la maturité décisionnelle

Le modèle transthéorique du changement intentionnel élaboré par Prochaska et

an

DiClemente décrit de quelle manière les individus s’y prennent pour abandonner des comportements potentiellement risqués sur le plan de leur état de santé physique et

M

psychologique, et arrivent à en adopter d’autres qui leur sont plus salutaires [12-14]. La conception du changement sur laquelle s’appuie ce modèle fait référence à un processus

d

graduel, divisible en cinq stades de changement d’une durée variable selon les individus [15-

Ac ce pt e

16]. Le premier stade de la Pré-reflexion (Precontemplation) correspond à une phase où l’individu serait totalement réfractaire au changement. Pour passer au stade suivant de la Réflexion (Contemplation), cet individu doit avoir admis l’existence d’un problème ou être en proie à un dilemme (abandonner ou non le comportement posant problème). Atteindre le troisième stade de Préparation (Preparation) implique l’intention de changer son comportement dans les prochains trente jours et/ou avoir réalisé au moins une tentative sérieuse de changement durant l’année passée. Ce n’est qu’arrivé au stade de l’Action que l’individu se sentirait véritablement prêt à abandonner le comportement qui lui pose problème. L’étape terminale de ce parcours est le stade du Maintien qui consiste à poursuivre durablement les modifications tangibles du comportement posant problème (figure 1).

5 Page 6 of 19

Les stades de changement traversés par les patients douloureux chroniques

Kerns et al. [11] ont cherché à transposer le modèle de Prochaska et DiClemente au problème de l’apprentissage de la gestion de la douleur chronique. Celui-ci décrit également

ip t

sous une forme séquentielle le processus dynamique qui préside à l’abandon des stratégies favorisant une pérennisation des douleurs au profit de l’adoption de stratégies de coping

cr

garantes d’un meilleur état de santé, à la fois physique et psychologique. Le modèle de Kerns

us

et al. [11] a donné lieu à l’élaboration d’un outil d’évaluation de la disposition au changement, le Pain Stade Of Change Questionnaire (PSOCQ), qui permet d’évaluer quatre stades de

an

changement :

• Le stade de la Pré-réflexion où les sujets seraient fortement enclins à confier la

M

gestion de leurs douleurs au corps médical jugé tout-puissant, pensant que leur champ d’action personnel est relativement limité (« Je ne peux rien y faire.

d

Mon médecin doit me donner un traitement efficace contre la douleur »).

Ac ce pt e

• Le stade de la Réflexion consiste à prendre conscience du fait qu’une gestion plus responsable et autonome des souffrances physiques serait davantage

profitable (« J’ai essayé tous les traitements. Rien n’y a fait et ça ne peut plus durer. Maintenant, j’ai compris que je devais moi-même faire quelque chose pour mieux gérer mes douleurs »).

• Le stade de l’Action où les individus déploient d’importants efforts pour apprendre à gérer eux-mêmes activement leurs douleurs (« J’utilise des stratégies pour gérer mes douleurs. Je fais de la relaxation, je vais nager et je fractionne mes activités ! »).

• Le stade du Maintien suppose une gestion relativement responsable et autonome des douleurs chroniques, en dépit de difficultés d’ajustement parfois

6 Page 7 of 19

rencontrées (« Je gère mes douleurs le plus souvent, mais c’est plus difficile quand elles sont plus fortes. »). Bien que cette stratification paraisse congruente avec les résultats de travaux internationaux portant sur la structure factorielle du PSOCQ [10,17], d’autres études laissent

ip t

plutôt penser que la population des douloureux chroniques qui consultent les structures de prise en charge de la douleur se scinde en deux grandes catégories [18-19] : 1) la catégorie des

cr

individus « contemplatifs » ayant des velléités de changement qui constituerait la majorité des

us

patients douloureux chroniques [9] ; et 2) la catégorie des « experts » de la gestion de la

an

douleur cherchant à perfectionner leurs habilités adaptatives.

M

Spécificités de l’entretien motivationnel visant à accroître la disposition au changement des patients douloureux chroniques

Ac ce pt e

d

Définition, principes de base et visées générales de l’entretien motivationnel

L’entretien motivationnel est défini par Miller, Rollnick et al. [20-21] comme étant

une méthode directive, centrée sur le patient, faisant ressortir les motivations intrinsèques au changement, par l’exploration et la diminution de l’ambivalence qui implique un conflit chez les patients entre deux besoins/souhaits contradictoires entrant en compétition (« J’aimerais bien faire les choses comme avant mais je dois me reposer car la douleur est trop forte »). Il s’agit d’une pratique de la relation d’aide basée sur un style relationnel qui diminue les résistances au changement et permet d’établir une alliance thérapeutique de qualité. L’intervenant pratique une écoute active et la relation avec le patient est basée sur le principe de collaboration. Pour obtenir un changement durable, il est nécessaire de mobiliser les stratégies motivationnelles adaptées au profil du patient pour favoriser l’émergence de la conjonction entre une motivation au changement solide (en avoir envie), un sentiment d’auto7 Page 8 of 19

efficacité élevé (s’en sentir capable), et une forte disposition au changement (s’y sentir prêt).

ip t

Quelles stratégies thérapeutiques utiliser pour accroître la disposition au changement des patients douloureux chroniques ?

L’identification du profil motivationnel des patients douloureux chroniques va

cr

déterminer la manière dont l’entretien motivationnel peut être mené pour accroître leur

us

disposition au changement [9, 22-23]. Miller et Rollnick [24] ont identifié quatre principes généraux d’intervention dans l’entretien motivationnel s’appliquant donc à tous les stades de

an

changement [16] :

1. Exprimer de l’empathie : Miller et Rollnick [24] ont repris la définition donnée par

M

Rogers et al. au style d’intervention empathique [25]. L’intervenant cherche à comprendre les sentiments et les perspectives de la personne sans les juger, ni les

d

critiquer (« Vous souhaitez diminuer vos douleurs car, pour vous, elles sont la cause de

Ac ce pt e

toutes vos difficultés actuelles. Toutefois, tout ce que vous mettez en place pour aller dans ce sens se solde selon vous par un échec. Vous cherchez donc de l’aide pour parvenir à mieux gérer vos douleurs. C’est bien cela ? »). 2. Développer les divergences : Il s’agit de créer, puis d’amplifier une divergence entre le comportement actuel de la personne et la situation souhaitée, jusqu’à ce qu’elle l’incite à changer son état actuel. Ceci implique d’identifier et de clarifier les buts et valeurs de la personne avec lesquels le comportement est en conflit (« Qu’est ce qui est important pour vous dans la vie ?»). 3. Contourner la résistance : Le travail avec la résistance consiste à amener la personne à s’impliquer activement dans le processus de résolution de ses problèmes. Le thérapeute peut notamment refléter fidèlement les dires du patient (« Même en adaptant votre poste

8 Page 9 of 19

de travail, vous ne pouvez pas y retourner parce que vous avez trop mal »), abonder dans le sens de son discours en vue d’en faire ressortir les aspects contradictoires témoignant d’une certaine ambivalence à l’égard du changement (« Vous aimeriez bien reprendre le travail au plus vite. Mais ce n’est pas possible car ce serait voué à l’échec

ip t

et vous retomberiez très vite en arrêt même si vous allez mieux »), et lui rappeler que c’est lui (le patient) qui est le mieux placé pour décider in fine de ce qui est bon ou

cr

mauvais pour lui (« C’est vous qui choisissez de ce que vous voulez faire et mettre en

us

place ! »).

4. Renforcer le sentiment d’efficacité personnelle : Un des objectifs est ici d’augmenter

an

la confiance du patient dans ses capacités à dépasser les obstacles et à réussir dans le processus de changement, selon le concept d’efficacité personnelle de Bandura [26].

M

Ainsi, le thérapeute peut examiner les réussites antérieures du patient, et explorer avec lui les raisons de ces succès (« Je remarque que vous faites l’effort de marcher jusqu’à

d

la boulangerie alors que vous dites ne pas marcher du tout ! »).

Ac ce pt e

Passons à présent en revue les recommandations cliniques de Jensen [9] et de Kerns et

al. [23] en la matière, qui concernent notamment les personnes qui consultent. Stratégies utilisables aux stades de pré-réflexion et de réflexion

Faciliter la reconnaissance du problème (problem recognition)

Il s’agit ici d’aider les patients douloureux chroniques à prendre conscience et à

identifier la nature des difficultés auxquelles ils se heurtent lorsqu’ils cherchent à faire face à leurs souffrances physiques.

Accroître l’implication personnelle (concern) :

Il va s’agir de responsabiliser les patients douloureux chroniques de manière à ce qu’ils se sentent concernés par ce qu’on leur propose et s’investissent sur le plan 9 Page 10 of 19

thérapeutique (« Qu’est-ce qui vous paraît possible à mettre en place aujourd’hui pour améliorer la gestion de vos douleurs ? »).

Cultiver l’optimisme (optimism) :

Le thérapeute s’emploie ici à faire envisager la situation présente par son patient

ip t

comme étant moins désespérée qu’il n’y paraît (« Nous ne pouvons pas vous promettre

cr

d’atteindre l’objectif « 0 douleur » ni de revenir à votre état physique initial, mais il est tout à

change) :

us

fait envisageable d’apprendre à gérer les douleurs pour mieux vivre au quotidien. »).

Peser le pour et le contre du changement (reviewing consequences of change versus non

an

Il s’agit de demander au patient de passer en revue les conséquences plausibles du

M

changement, aussi bien positives (avantages) que négatives (inconvénients), et de les comparer à celles que la situation actuelle présente et risque de présenter à plus long terme.

Ac ce pt e

d

Stratégies utilisables au stade de l’«Action » :

Etablir un plan d’action (developing a plan for change):

Arrivé à ce stade, le thérapeute peut se permettre de suggérer l’adoption de certaines

stratégies de faire face à la douleur, en veillant toutefois à respecter quelques principes fondamentaux: primo, s’assurer que son interlocuteur est prêt à entendre un point de vue de spécialiste sur la question ; secondo, lui prodiguer des conseils en lui signifiant qu’il ne s’agit que de suggestions toujours soumises à son approbation ; tertio, lui proposer suffisamment d’alternatives différentes pour qu’il puisse véritablement profiter de sa liberté de choix (« Je vous propose d’examiner plusieurs possibilités. Nous pouvons par exemple travailler ensemble sur un programme de reprise progressive de l’activité physique afin de vous reconditionner à l’effort. Nous pouvons aussi nous centrer sur les méthodes de relaxation et de méditation en pleine conscience que je vous ai présentées. Nous pouvons aussi commencer 10 Page 11 of 19

par travailler sur votre état dépressif réactionnel à vos douleurs. Que préférez-vous ?»).

Utiliser un plan de changement (using a change plan worksheet):

Le thérapeute aide ici son patient à avoir une vision synthétique de la démarche de changement qu’il va entreprendre, en l’invitant à lister les buts qu’il s’est fixé, le type de

ip t

motivations qui l’anime, le type de soutien qu’il attend de la part de son entourage, les signes

cr

de réussite de sa démarche qu’il juge les plus pertinents et les facteurs susceptibles selon lui de faire échouer le plan d’action qu’il s’est fixé. Les objectifs thérapeutiques des patients

us

douloureux chroniques doivent être réalistes, ciblés, personnalisés et hiérarchisables. La finalité est de parvenir à un plan clair, d’obtenir la décision verbale du patient de suivre ce

M

an

plan et de renforcer cette décision.

d

L’efficacité des techniques d’entretien motivationnel dans la prise en charge de la douleur chronique

Ac ce pt e

Les données issues de la littérature portant sur l’efficacité de l’entretien motivationnel

sont rares mais encourageantes. Les résultats d’études récentes indiquent par exemple que l’entretien motivationnel a un effet positif chez les patients douloureux chroniques car il promulgue à la fois leurs potentiels physiques, fonctionnels et psychologiques [27]. Il permet également le maintien à moyen terme de la compliance des patients douloureux chroniques envers les exercices visant une meilleure gestion de la douleur [28-30]. Quelques études ont comparé les conséquences chez des patients douloureux chroniques souffrant de lombalgies chroniques, d’arthrose ou encore de fibromyalgie : 1) de prises en charge intégratives basées sur des programmes thérapeutiques alliant l’entretien motivationnel et la réadaptation progressive à l’effort physique ; et 2) de groupes contrôles ne bénéficiant pas de tels traitements [30-33]. Celles-ci ont mis en évidence que les interventions intégratives basées à

11 Page 12 of 19

la fois sur l’entretien motivationnel et les exercices physiques améliorent considérablement l’implication des patients douloureux chroniques envers la prise en charge, leur intensité douloureuse, leurs capacités physiques et fonctionnelles, leur sentiment d’auto-efficacité dans la gestion de leur douleur, leur niveau d’anxiété, leur sentiment de bien-être global, et leurs

ip t

relations interpersonnelles, comparativement aux patients n’ayant pas reçu ces prises en charge thérapeutiques. Pour nuancer ces résultats prometteurs, citons les résultats d’une étude

cr

n’ayant pas permis de mettre en évidence de différence significative entre les groupes

us

contrôles et les groupes basés uniquement sur un entretien motivationnel d’une session [34]. L’entretien motivationnel ne serait donc pas suffisant pour introduire un changement durable

an

chez les patients douloureux chroniques. En revanche, celui-ci potentialise considérablement

Ac ce pt e

d

Conclusion

M

l’efficacité des prises en charge biopsychosociales proposées à ces patients.

Les différentes stratégies évoquées dans cet article sont destinées à accompagner les

patients douloureux chroniques vers un processus de changement visant à les aider à envisager une modification en profondeur de leurs manières de gérer la douleur, lorsque celles-ci s’avèrent insuffisantes, inefficaces et/ou aggravent involontairement leur situation. Il ne s’agit en aucun cas d’imposer aux patients un mode de vie censé être la « panacée » dans ce domaine en les obligeant astucieusement à s’y conformer, mais plutôt de développer avec eux de nouvelles perspectives allant dans le sens de leurs besoins et demandes personnels. Dans le but de mieux prévenir les rechutes [35], certaines stratégies sont préconisées pour maximiser les gains thérapeutiques. La motivation doit être évaluée régulièrement afin de déceler toute attitude démissionnaire conduisant à renoncer aux efforts engagés et à négliger les progrès accomplis. Si l’ambivalence est de retour dans le discours de l’individu et 12 Page 13 of 19

que son sentiment d’auto-efficacité tend à flancher, les stratégies motivationnelles employées aux stades de pre-réflexion et de réflexion peuvent être à nouveau remobilisées ponctuellement dans le but de maintenir la motivation (renewing motivation). Si le plan d’action n’est plus adapté au regard des progrès accomplis et du travail qu’il reste à faire, il

ip t

s’agit plutôt de consolider l’engagement (renewing commitment) en redéfinissant un nouvel

us

cr

angle d’action avec le patient par le biais des stratégies déployées en phase d’Action.

Ac ce pt e

d

M

an

Conflit d’intérêt : aucun.

13 Page 14 of 19

Références 1. Morley S, Eccleston C, Williams A. Systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials of cognitive behaviour therapy and behaviour therapy for chronic pain in

ip t

adults, excluding headache. Pain 1999; 80: 1-13. 2. Turner J. Educational and Behavioral Interventions for Back Pain in Primary Care. Spine

cr

1996; 21(24): 2851-57.

us

3. Turk D, Rudy T. Neglected topics in the treatment of chronic pain patients - relapse, noncompliance, and adherence enhancement. Pain 1991; 44(1): 5-28.

an

4. Keefe F, Van Horn Y. Cognitive-behavioral treatment of rheumatoid arthritis pain maintaining treatment gains. Arthritis Rheum 1993; 6(4): 213-22.

Douleur & Analgésie 1999; 12(4): 265-72.

M

5. Boureau F. Modèles théoriques cognitifs et comportementaux de la douleur chronique.

d

6. Keefe FJ, Caldwell DS. Spouse-assisted coping skills training in the management of

Ac ce pt e

osteoarthritic knee pain. Arthritis Rheum 1996; 9(4): 279-91. 7. Radat F, Koleck M. Douleur et dépression: les médiateurs cognitifs et comportementaux d’une association très fréquente. Encéphale 2011; 37 :172-9. 8. Grahn B, Ekdahl C, Borgquist L. Motivation as a predictor of changes in quality of life and working ability in mutlidisciplinary rehabilitation. Disabil Rehabil 2000; 22(15): 639-54. 9. Jensen M. Enhancing motivation to change in pain treatment. In Turk D, Gatchel R. Psychological approaches to pain management: a practitioner's handbook ; New York, USA : The Guilford Press ; 2002. 10. Jensen M, Nielson W, Romano J, et al. Further evaluation of the pain stages of change questionnaire: is the transtheoretical model of change useful for patients with chronic pain? Pain 2000; 86: 255-64.

14 Page 15 of 19

11. Kerns R, Rosenberg R, Jamison R, et al. Readiness to adopt a self-management approach to chronic pain: the Pain Stages of Change Questionnaire (PSOCQ). Pain 1997; 72(1-2): 227-34. 12. Prochaska J, DiClemente C. Transtheoretical therapy: Toward a more integrative model of change. Psychotherapy: Theory, Research & Practice 1982; 19(3): 276-88.

ip t

13. Prochaska J, DiClemente C. The transtheoretical approach: crossing traditional boundaries of therapy.Homewood, USA : Dow Jones-Irwin ; 1984.

us

cannabis consultant pour sevrage. Encéphale 2012 ; 38 : 141-48.

cr

14. Abdoul H, Le Faou AL, Bouchez J. et al. Facteurs prédictifs de suivi des jeunes fumeurs de

15. Prochaska J, DiClemente C, Norcross J. In search of how people change: application to the

an

addictives behaviors. Am Psychol 1992; 47 : 1102-14.

16. Csillik A. L’entretien motivationnel. In Fenouillet F, Carré P. Traité de psychologie de la

M

motivation. Paris : Dunod ; 2009.

17. Maurischat C, Härter M, Kerns R, et al. Further support for the pain stages of change model:

d

Suggestions for improved measurement. Eur J Pain 2006; 10(1): 41-9.

Ac ce pt e

18. Aguerre C, Vannier I, Throraval G. Structure factorielle du "Pain Stages of Change Questionnaire", un outil conçu pour évaluer la disposition au changement thérapeutique des douloureux chroniques. RFCCC 2007; 12(2): 12-22. 19. Strong J, Westbury K, Smith G, et al. Treatment outcome in individuals with chronic pain: is the Pain Stages of Change Questionnaire (PSOCQ) a useful tool? Pain 2002; 97(1): 65-73. 20. Miller W, Rollnick S. L'entretien motivationnel: Aider la personne à engager le changement. Paris : Dunod ; 2006.

21. Rollnick S, Miller W, Butler C. Pratique de l'entretien motivationnel: Communiquer avec le patient en consultation. Paris : Dunod ; 2009.

15 Page 16 of 19

22. DiClemente C, Velasquez M. Motivational Interviewing and the Stages of Change. In Miller WR, Rollnick S. Motivational interviewing: Preparing people for change. New York, USA : The Guilford Press ; 2002. 23. Kerns R, Thorn B, Dixon K. Psychological treatments for persistent pain: An introduction. J

ip t

Clin Psychol 2006; 62(11): 1327-31. 24. Miller WR, Rollnick S. Motivational interviewing: Preparing people for change. New York,

cr

USA : The Guilford Press ; 2002.

us

25. Rogers C, Kinget M. Psychothérapie et relations humaines: Théorie et practique de la thérapie nondirective. Oxford, UK : Publications Universitaires ; 1962.

an

26. Bandura A. Auto-efficacité: Le sentiment d'efficacité personnelle. Paris, France : De Boeck ; 2002.

M

27. Jensen MP, Nielson WR, Kerns RD. Toward the development of a motivational model of pain self-management. J Pain 2003; 4: 477-92.

d

28. Ang D, Kesavalu R, Lydon J. et al. Exercise-based motivational interviewing for female

Ac ce pt e

patients with fibromyalgia: a case series. Clin Rheumatol 2007; 26: 1843-49. 29. Habib S, Morrissey S, Helmes E. Preparing for pain management: A pilot study to enhance engagement. J Pain 2005; 6: 48-54.

30. Vong SK, Cheing GL, Chan F. et al. Motivational enhancement therapy in addition to physical therapy improves motivational factors and treatment outcomes in people with low back pain: A randomized controlled trial. Arch Phys Med Rehabil 2011; 92: 176-83. 31. Friedrich M, Gittler G, Arendasy M, Friedrich KM. Long-term effect of a combined exercise and motivational program on the level of disability of patients with chronic low back pain. Spine 2005; 30: 995-1000.

16 Page 17 of 19

32. Tse MMY, Vong SKS, Tang SK. Motivational interviewing and exercise programme for community-dwelling older persons with chronic pain: a randomized controlled study. J Clin Nurs 2013; 22: 1843-56. 33. Miller LR. The effects of motivational interviewing on marital and pain adjustment in

ip t

chronic pain patients and their spouses. Dissertation Abstracts International 2013; 73: 7-B. 34. Frey J. Motivational interviewing and behavioral compliance in chronic pain patients: A

cr

treatment outcome study. Dissertation Abstracts International 2008 ; 68 : 10-B.

Ac ce pt e

d

M

an

change. New York, USA : The Guilford Press ; 1985.

us

35. Marlatt J, Gordon J. Relapse prevention: Maintenance strategies in addictive behavior

17 Page 18 of 19

Ac ce pt e

d

M

an

us

cr

ip t

Figure 1. Le modèle transthéorique du changement de Prochaska & DiClemente [1213].

18 Page 19 of 19