Valeur pronostique de la microangiopathie au cours du lupus systémique : analyse rétrospective de 77 patients

Valeur pronostique de la microangiopathie au cours du lupus systémique : analyse rétrospective de 77 patients

52s Communications l'atteinte unique ou multiple des paires cr~niennes (37 %) et le dEficit moteur de type central (26 %). Le LCR Emit anormal dans ...

77KB Sizes 0 Downloads 85 Views

52s

Communications

l'atteinte unique ou multiple des paires cr~niennes (37 %) et le dEficit moteur de type central (26 %). Le LCR Emit anormal dans 52,6 % et la TDM et rlRM darts respectivement 64,7 % et 83,3 %. L'Evolution darts le G1 s'est falte vers une remission complete dam einq cas, une amelioration ave(: S&luelles clans neuf cas, une stabilisation dans deux cas, des rechutes darts trois cas et un decks darts trois cas ; cinq ont EtE perdus de rue. Deux sur 7 et 5/

6 p a t i e n t s du G1 Etaient r e s p e e t i v e m e n t H L A B 5 1 + et MICA6+ contre 18/42 et 18/22 du G2. La comparaison des deux groupes a montrE que seule la fiEquence des anEvrismes artEdels 6tait significativement plus ElevEe dans le G1. Service de rnddecine interne, h~pita/ is Rabta, 1007, Tunis, Tunisie

Valeur pronostique de la microangiopathle au cours du lupus syst6mique : analyse rdtroapective de 77 patients J. Leone, C. Baderot, S. Baderot, P.Y. Le Berruyer,R. Hamon,J.L. Pennaforte,J.C. Etienne Objectif: t~tude de la valeur pronostique de la microangiopathie retrouvEe ~t la capillaroscopie pO'i-unguEale at] eours du lupus systEmique (LS). Matdriel et mdthode : I~tude retrospective de 1982 i~2000 portant

sur 77 LS (71 F/6 H, Age moyen 40 ans) issus d'une cohorte de 109 patients ayant tous bEnEficiE d'une capillaroscopie. Analyse des rapports de la microangiopathie avec les atteintes visc&ales du LS. Rdsultats : Les patients ont Et6 r~partis en trois groupes. Type 1 :

LS benin ~t expression cutanEe ou articulaire (n = 28). Type 2 : LS avec atteinte cardiaque et/ou rEnale et/ou pleuropulmonalre prEdominante, ces atteintes Etant liEes statistiquement entre elles (n = 15). Type 3 : LS avec antecedent obstetrical et/ou thrombotique et/ou neurologique classiquement lie ~ un anticoagulant circulant (ACC) (n = 34). Une correlation de la microangiopathie avec les LS de type 3 est retrouv~e en l'absence d'un ACC (p = 0,01). La liaison est particuli~rement significative pour les atteintes neurologiques oil une microangiopathie est notEe darts 78 % des cas si un ACC

n'est pas present (n = 9) (p=0,006), et inversement I'ACC est retrouvE dans 86 % des LS si la microangiopathie est absente (n = 14) (p = 6.10-4). La significativitE du test d'interaction sugg~re que la microangiopathie et I'ACC seraient deux facteurs indEpendants et dissociEs de l'atteinte neurologique dans la mesure oil seuls trois des 24 malades avec atteinte neurologique ont ~ la fois une microangiopathie et un ACC. Le r61e de la microangiopathie n'est pas mis en Evidence pour les complications obstEtricales, mais toutefois le rOle de I'ACC ne semble se dEgager que chez les malades ne prEsentant pas de microangiopathie (p = 0,08). Enfin si I'ACC est le facteur le plus lie aux Episodes thrombotiques (p = 10-4), on retrouve une correlation plus faible avec la microangiopathie mSme en tenant compte de I'ACC (test de Mantel-Haenzel, p = 0,05). Conclusion : La microangiopathie est plus frEquente chez certains types de LS dont ceux ~texpression neurologique et pourrait tEmoigner d'un mEcanisme pathogEnique distinct de celui de I'ACC. Service de m~ecine interne (uniM 41), CHU Robert-Debrd, 511 O0 Reims, France

Anticoagulant lupique sans syndrome des antlphospholipidse : une 6tude r~trospective de 70 patients c. de Roux-Serratrice 1, J. SerratriceL B. GranelL N. EneL F. Volot2, P.E. Morange3, M.F. Aillaud 3,

L. SwiadeO, P. Disdier~, I. Juhan-Vague3, P.J. WeilleO Lorsqu'un anticoagulant lupique (LA) est detect6 chez un patient, son classement en syndrome des antiphospholipides (SAPL) ou en lupus 6wythEmateux syst~mique (LES) n'est pas toujours possible. Pour celui qui ne correspond pas aux crit~res diagnostiques de ces deux maladies, le suivi et le devenir ne sont pas clalrement EvaluEs. Nous prEsentons une Etude retrospective sur 4 arts de detection de LA chez des patients porteurs de signes de dysimmunit& Soixante-dix patients (19 H, 51 F) prEsentant un LA (index de Rosner = 25,6 ± 16,4) sont inclus clans l'Etude. Tous ces patients consultent pour des signes de dysimmunit~. Nous avons utilisE

Rev MOt Interne 2001 ; 22 Suppl 1

les cdt~res de classification de I'ACR pour le LES et de Sapporo pour le SAPL. Neuf patients prEsentent des crit~res de SAPL primaire (12,8 %), six patients prEsentent des crit~res de SAPL secondalre ~t un LES (8,6 %), six patients prEsentent un syndrome lupique ou un SAPL &luivoque (10 %) et 48 patients pr~sentent des pathologies v a r i e s (68,6 %), dont trois purpuras thrombopEniques idiopathiques (PTI), huit gammapathies monoelonales de signification indEterminEe (MGUS), six hEmopathies ou cancers et cinq maladies de Horton ou pseudo-polyarthrite rhizomElique. Parmi les 55 patients ne rEpondant pas anx crit&es de